Shadow and Bone: Livre vs Série

J’ai grandi avec Harry Potter. Littéralement. Lorsque le premier film, Harry Potter à l’école des sorciers, est sorti, j’entamais ma première année de secondaire. Comme le personnage principal, je faisais ma grande rentrée scolaire. J’ai tout de suite adoré cet univers, donc j’ai vite rattrapé mon retard sur les livres et j’attendais patiemment la sortie du prochain tome ou du nouveau film. Plus tard c’est la saga Hunger Games qui fut un coup de cœur.

Puis en 2012, la trilogie Shadow and Bone (vf: Grisha) de Leigh Bardugo est sortie et m’est complètement passé au-dessus. Il faut dire que je ne faisais plus vraiment partie de la démographie à 23 ans. Ce n’est que l’année dernière que j’ai commencé à en entendre parler. Non pas à cause de la sortie de l’adaptation Netflix en 2021, mais plutôt à cause de Booktube qui en parlait à foison. J’ai fini par me renseigner, l’histoire me tentait bien car elle me rappelait ce que j’aime dans les livres young adult, et nous voilà.

SHADOW AND BONE, l’histoire 

Entourée d’ennemis, l’ancienne grande nation de Ravka a été déchirée en deux par le Shadow Fold (vf: la Nappe d’ombre). Il s’agit d’une bande de ténèbres grouillant de monstres qui se nourrissent de chair humaine. Peu de personnes en sortent vivantes. Néanmoins la croisée est presque obligatoire si on veut atteindre l’autre côté. C’est lors d’une mission à travers le Shadow Fold, que la cartographe, Alina Starkov va révéler sa vraie nature. Alors que son meilleur ami, Mal, risque de se faire tuer par une de ces étranges créatures, elle le sauve en libérant son pouvoir. Un pouvoir qui pourrait être la clé pour délivrer son pays ravagé par la guerre. Arrachée à tout ce qu’elle connaît, Alina est emmenée au Little Palace/Petit Palais pour être formée comme membre des Grisha, l’élite magique dirigée par le mystérieux Darkling.

Attention, cet article contient des spoilers.

Mon avis sur le livre de Leigh Bardugo

Le Grishaverse

La première chose qui m’a plus dans Shadow and Bone est son univers. On est à Ravka, une région qui s’inspire de la Russie. J’ai trouvé cela rafraichissant car généralement ce genre d’histoire se passe aux États-Unis ou Royaume-Uni. Cela permet donc de voir des décors différents mais surtout des personnages qui ne sont pas uniquement blancs. Ensuite il y a bien évidemment ce côté magique. Les Grisha. Être Grisha, c’est avoir la capacité d’invoquer un élément ou manipuler une certaine matière. Il y a trois ordres chez les Grisha: Corporalki, Etherealki et Materialki. Je ne vais pas m’élaborer trop dessus, je te laisse le lien du Grishaverse Wiki pour plus de détails. Mais chaque “pouvoir” me plait.

Ensuite, je me fais toujours avoir par la trope classique de l’élu.e. Ça fonctionne toujours sur moi. Et probablement sur pas mal d’adolescents/adulescents en quête d’identité, qui ne se sentent pas à leur place, qui ont envie de se sentir spéciaux.

Les personnages

Notre protagoniste principale, Alina a grandi dans un orphelinat avec pour seule famille, son meilleur ami Mal. Elle est plutôt simple, maladroite, insipide. Pour cette raison, j’ai eu un avis assez mitigé sur son personnage. On suit bien évidemment la trame typique des livres young adult: being not like other girls. Être différente, moins populaire, normale. À certains moment, je l’ai trouvé plutôt badass car après tout elle peut invoquer le soleil. Mais à d’autres moments, elle était vraiment l’adolescente typique un peu pénible, qui se déprécie énormément.

Face au soleil, on a le personnage du Darkling, qui peut invoquer le noir. Et je dois avouer que j’adore cette dualité entre lumière et obscurité. En plus d’être super charismatique, il lui donne un but dans la vie, un endroit où elle peut s’épanouir, une famille. Donc ce n’est pas étonnant qu’elle tombe sous son charme. Plus sérieusement dès que le Darkling parlait, j’étais envouté moi aussi. Et boom, il s’avère qu’il est le vilain. Même si ça se sentait depuis le début.

Mal, le meilleur ami d’Alina, est un personnage un peu problématique. Évidemment Alina est amoureuse de lui depuis toujours et lui, ne la voit pas. Elle lui sauve la vie, ils sont séparés car elle est emmenée au Petit Palais, et ensuite on n’en entend plus parlé jusqu’à la fin. Ils se retrouvent et se disputent. Il est jaloux, il ne lui apporte aucun soutien, il est ingrat. Et franchement, je ne l’ai pas beaucoup aimé.

Mention spéciale pour le personnage de Genya que j’ai hâte de découvrir plus dans les prochains tomes.

Ma note

Si tu es en quête d’escapisme et que tu as envie de te plonger dans un monde magique totalement inconnu et différent de ce que l’on connait, je te conseille Shadow and Bone. Pour tout te dire, j’ai dévoré le livre en 3 jours. C’est un livre rempli d’action. Il se passe toujours quelque chose. Ce qui m’a donné envie de continuer, de lire plus. Et même à la fin, Shadow and Bone se conclus sur un moment plutôt intense.

Ce premier tome du Grishaverse, je lui donne 3.5 ★. Il y a certaines choses que je n’ai pas aimé comme le fait qu’on pousse un peu trop l’accent sur l’apparence physique. Mais de manière générale, j’avais envie d’évasion et Shadow and Bone me l’a livré sur un plateau d’argent.

Shadow and Bone: Livre vs Série


Mon avis sur l’adaptation de Netflix

Le Grishaverse

Lorsque j’ai vu Ravka, le Shadow Fold ou le Petit Palais se matérialiser, j’ai tout de suite trouvé l’adaptation grandiose. Tout particulièrement le Shadow Fold. Cette large masse noire où tout est calme et tellement sombre qu’il est impossible de voir quoi que ce soit. Mais on peut entendre les Volcras (créatures) se rapprocher et soudainement attaquer. J’ai eu droit à quelques sursauts. Ensuite il y a les Grisha. Je n’avais pas vraiment d’idée préconçue. Je pense qu’ils ont parfaitement recréé leurs pouvoirs et j’ai aimé la façon dont ils les manipulent. S’en était presque artistique. Le plus majestueux doit être quand le Darkling invoque l’obscurité. Celle-ci se répand petit à petit et fait clairement froid dans le dos.

Les personnages

Gros coup de cœur pour Alina. Elle a beaucoup plus de profondeur, son personnage est plus développé. Elle a des opinions, elle prend des décisions, elle agit au lieu de laisser les choses se dérouler. Par exemple, elle brûle les cartes pour joindre l’équipe de Mal lors de la traversée du Shadow Fold. Ce passage n’existe pas dans le livre. L’adaptation de Netflix a donné plus de force et de poids au personnage d’Alina, ce que j’ai vraiment apprécié.

Mal est également beaucoup plus intéressant dans la série car il est plus présent. Dans le livre, on le voit au début et à la fin, et on n’a l’impression qu’il n’en a rien à faire d’Alina. Dans l’adaptation, il n’hésite pas une seconde à essayer de la rejoindre. Une fois qu’ils sont réunis, il la soutient d’avantage, n’est pas jaloux, est là pour elle et devient un genre de pilier. 

Ensuite on a bien évidemment le Darkling. Ou dans la série, Général Kirigan. Globalement, j’ai aimé son personnage. Je l’ai trouvé très charismatique mais moins tourmenté. Dans l’original, on a l’impression qu’il tombe amoureux d’Alina sans le vouloir et ça le tiraille. Mais dans l’adaptation, on se rend vite compte que ce n’était qu’un jeu dans le but d’utiliser son pouvoir à elle à ses fins. Néanmoins j’ai apprécié en apprendre un peu plus sur son passé, et je suis curieuse de savoir comment ces éléments sont expliqués dans les tomes suivants car on n’en parle que très peu dans le premier. 

Comment parler de la série Shadow and Bone sans adresser le trio: Jesper, Inej et Kaz? Il s’agit de trois personnages qui ne font pas parties de la trilogie Shadow and Bone, mais néanmoins du Grishaverse. Ils sont les protagonistes de la duologie Six of Crows donc je dois avouer que je ne les connaissais pas du tout. Mais j’ai eu un gros coup de cœur pour ceux-ci. Et tout particulièrement Jesper et Inej. C’est aussi intéressant de voir les deux trames se mélanger car ça apportait un peu plus de profondeur à l’histoire. Et on n’avait aucune minute de répits. Comme le livre, c’est une série pleine d’action.

Petit bémol pour Nina et Matthias. Les personnages m’ont plu mais leur connexion avec l’histoire générale était un peu faible. Ils étaient un peu out of place. Je suppose qu’ils seront plus importants dans les saisons suivantes mais en attendant je reste sur un goût de trop peu. 

Mention spéciale pour Zoya, cette fois. Dans le livre, je n’étais pas spécialement fan après tout c’est la fille populaire que l’on se doit de détester vu qu’elle n’aime pas Alina. Mais dans la série, elle se révèle plutôt intéressante et je sens que son personnage va évoluer encore plus!

Ma note

A-t-on le temps de reprendre son souffle? Absolument pas. La série est divisée en 8 épisodes et je n’ai pas pu résister à l’idée de la binge-watch. Il se passe tellement de choses que je n’ai comparé que les éléments clés entre les deux œuvres. J’aimerai t’en dire plus mais cet article est déjà plutôt long. Quoi qu’il en soit j’ai l’impression que chaque moment était important. Chaque personnage avait sa place, son petit moment de gloire et étaient bien plus développé que dans l’original. Ce qui est étrange car habituellement un livre offre plus de profondeur, de détails. 

Cette adaptation, je suis tentée de lui donner 4 voir 4.5 ★


Alors de manière générale, qu’est-ce que j’ai pensé de l’adaptation Netflix de Shadow and Bone? Certes, certains éléments ont été modifiés pour que celle-ci ait plus de sens. Après tout ils ont ajouté les personnages de Six of Crows. Mais ces modifications ont rendu l’histoire plus intéressante. Aussi le premier tome de Shadow and Bone a été publié en 2012. Certaines choses se devaient de changer. Leigh Bardugo, l’autrice, a eu le temps de macérer son histoire et prendre compte des critiques. Elle a d’ailleurs travaillé sur la série, car elle en est productrice exécutive. Donc ces changements ont été vus et approuvés par elle.

Le casting est tout simplement génial. Bien évidemment j’ai craqué pour Ben Barnes (Général Kirigan/Darkling) que j’ai trouvé extrêmement charismatique dans ce rôle. Mais il n’y a pas un seul personnage que je n’ai pas aimé. On a également eu droit à beaucoup de personnages féminins forts et au-devant de la scène. Alina bien sûr, mais aussi les personnages secondaires comme Zoya, Inej, Nina ou Genya. Et finalement cette adaptation me donne envie de plus. J’ai envie de terminer la trilogie bien évidemment, d’attaquer Six of Crows dès que possible et j’ai hâte de découvrir la deuxième saison.

Puis je terminerai juste par dire que la meilleure adition à la série est bien évidemment Milo, tmtc ♥

As-tu lu ou vu Shadow and Bones? Qu’en as-tu pensé?


* Inscris-toi à la newsletter de pretty naive en cliquant ici *