Envie lecture: 9 classiques écrits par des femmes

Au secondaire, dès le premier jour de la rentrée scolaire, on recevait une liste de matériel à se procurer pour la nouvelle année. Dans celle-ci se trouvait la liste des lectures imposées pour le cours de français. Entre 6 à 8 livres il me semble. Je l’appréhendais toujours. Premièrement car c’était souvent la guerre dans les librairies pour se procurer les dits ouvrages. Ensuite, je n’y trouvais pas souvent de grandes satisfactions. Avec le recul, je suis plutôt reconnaissante du curriculum car j’ai pu découvrir des classiques de la littérature ainsi que des prix littéraires.

Kafka, Zola, Camus, Beckett, Molière… en plus d’être des classiques qu’ont-ils en commun? Ces auteurs sont des hommes. Et finalement je me rends compte que je n’ai pas lu beaucoup de classiques écrits par des femmes. Pourtant ils existent.

Alors pour honorer la semaine mondiale du livre qui s’achève aujourd’hui et la journée internationale des droits des femmes demain, j’ai eu envie de partager les 9 ouvrages de la littérature écrits par des femmes qui me tardent de découvrir.

Emma – Jane austen

Fiction/Romance (1815), 4.02 ★ sur Goodreads

Emma Woodhouse n’a jamais été amoureuse. Après avoir fait une croix sur le mariage, elle décide de jouer à l’entremetteuse pour ses connaissances. Et particulièrement sa protégée, Harriet, bâtarde et orpheline. Mais ses projets matrimoniaux pour les autres entraînent des complications qui mettent à l’épreuve ses idées.

Je n’ai jamais lu de Jane Austen. Et ce n’est pas par manque de choix. J’ai vu certaines adaptations donc c’est un peu sans surprise que je m’aventure dans ses romans. Après avoir fait quelques recherches, pour un premier Austen, on recommande souvent Emma. Puis la récente adaptation avec Anya Taylor-Joy et Johnny Flynn me tente énormément. À voir!

Frankenstein – Mary Shelley

Fiction/Horreur (1818), 3.82 ★ sur Goodreads

Le savant Victor Frankenstein a réussi ce qu’aucun scientifique n’avait pu faire avant lui: découvrir les secrets de la vie. Il a fabriqué une créature d’apparence humaine aux traits si repoussants qu’elle éveille terreur et dégoût… Rejeté par tous et obligé de se cacher, le monstre promet à son créateur une abominable vengeance. 

Tout le monde connait l’histoire de Frankenstein. Elle a été tellement de fois adaptée au cinéma, en série télévisée et même en dessin animé. C’est sans doute la raison pour laquelle je ne m’y suis jamais intéressé. Et pourtant c’est un ouvrage qui a été cité de nombreuses fois comme classique à ne pas manquer par la communauté Booktube. Alors pourquoi pas?

Jane Eyre – Charlotte Brontë

Fiction/Romance (1847), 4.13 ★ sur Goodreads

Après une enfance éprouvante, Jane Eyre devient préceptrice au manoir de Thornfield Hall, pour s’occuper de la pupille d’Edward Rochester. Immédiatement conquise par le manoir perdu entre landes et bruyères, la jeune fille va également succomber au charme du sarcastique et ténébreux châtelain, malgré leur différence d’âge et de fortune. 

Un autre classique, une autre brique. Les auteur.rice.s de notre époque ne se mouillent pas trop en publiant des ouvrages de 200-300 pages. Les sœurs Brontë sont intimidantes. Je vais commencer par Charlotte mais j’ai aussi envie de lire les romans d’Emily et Anne pour y découvrir les beautés du comté de Yorkshire.


Envie lecture: Middlemarch, The Waves, Le Deuxième Sexe

Middlemarch – George Eliot

Fiction/Fiction Historique (1871), 3.98 ★ sur Goodreads

Se déroulant dans les années précédant les réformes de 1832, Middlemarch est un récit complexe sur l’idéalisme, la désillusion, la débauche, la loyauté et la frustration amoureuse. On y retrouve plusieurs personnages pragmatiques dont les histoires nous éclairent sur les conditions de vie dans l’Angletterre du milieu du XIXe siècle.

Ne te détrompe pas, George Eliot n’est pas un homme. Il s’agît du nom de plume de Mary Ann Evans. Car oui à l’époque si tu étais une femme, il y avait peu de chance que tu sois publiée ou même lue. Alors beaucoup d’écrivaines empruntaient un nom de plume masculin (les sœurs Brontë aussi par exemple).

The Waves – Virginia WoOLf

Fiction (1931), 4.15 ★ sur Goodreads

On suit la vie de six enfants jouant dans un jardin au bord de la mer. Ils finissent par grandir et vivre l’amitié, l’amour et le chagrin à la mort de leur ami bien-aimé Perceval.

Après avoir lu A Room of One’s Own qui est plutôt un essai, j’ai vraiment envie de découvrir la plume de Virginia Woolf. L’entièreté de sa biographie me tente mais je dois avouer que The Waves attire plus ma curiosité. Apparemment, beaucoup considèrent cet ouvrage comme la réponse de Virginia Woolf à la perte de son frère Thoby, mort à l’âge de vingt-six ans.

Le Deuxième Sexe – Simone de Beauvoir

Féminisme (1948), 4.26 ★ sur Goodreads

« Nous commencerons par discuter les points de vue pris sur la femme par la biologie, la psychanalyse, le matérialisme historique. Nous essaierons de montrer ensuite positivement comment la “réalité féminine” s’est constituée, pourquoi la femme a été définie comme l’Autre et quelles en ont été les conséquences du point de vue des hommes. » — Simone de Beauvoir.

À nouveau, j’ai lu Jean-Paul Sartre à l’école mais jamais Simone de Beauvoir. J’aime à supposer que le curriculum a évolué depuis et est plus diversifié à tout point de vue.


Envie lecture: To Kill a Mockingbird, I Know Why the Caged Bird Sings, The Bluest Eye

To Kill a Mockingbird – Harper Lee

Fiction/Fiction Historique (1960), 4.28 ★ sur Goodreads

‘Shoot all the bluejays you want, if you can hit ’em, but remember it’s a sin to kill a mockingbird.’

Il s’agit du conseil d’un avocat à ses enfants alors qu’il défend le véritable oiseau moqueur du roman classique de Harper Lee – un homme noir faussement accusé du viol d’une fille blanche. À travers ce livre, Harper Lee explore l’irrationalité des attitudes des adultes à l’égard des races et des classes sociales dans le Grand Sud des années 1930. 

Bien qu’il s’agit d’une fiction historique, cette histoire en rappelle d’autres, beaucoup d’autres. Certainement pas une lecture facile mais qui se doit d’être lue.

I Know Why the Caged Bird Sings – Maya Angelou

Autobiographie (1969), 4.25 ★ sur Goodreads

Maya Angelou raconte son parcours hors du commun: son enfance, ses combats, ses amours, ses débuts d’écrivaine et de militante dans l’Amérique des années 1960 marquée par le racisme anti-Noir. Au fil du récit, Maya apprend que l’amour de soi, la gentillesse des autres, avoir un esprit fort et les idées des grands auteurs l’aideront à être libre au lieu d’être emprisonnée.

J’adore les biographies. Selon moi, il s’agit des meilleurs ouvrages de développement personnel qu’il soit. Maya Angelou était la muse dans l’épisode 2 de Musing, le syndrome de l’imposteur. Et je n’ai toujours pas entamé sa biographie. Il est temps que je m’y mette. Il y a 7 tomes après tout!

The Bluest Eye – Toni Morrison

Fiction/Fiction Historique (1970), 4.07 ★ sur Goodreads

On y suit Pecola, une jeune afro-américaine timide, qui grandit dans l’Ohio après la Grande Dépression. Souvent moquée à cause la couleur de sa peau, elle développe un complexe d’infériorité et ne désire qu’une seule chose au monde: des yeux bleus.

Une autre fiction historique, probablement vécue par tellement d’enfants et adultes dans le monde. Ce sentiment de n’être jamais assez bien tout ça à cause de la couleur de sa peau. L’histoire de Pecola, je le sens, va me briser le cœur.


Ceci n’est qu’un petit échantillon des classiques écrits par des femmes que j’ai envie de lire. Le milieu littéraire a toujours été dominé par le patriarcat. On a beau avoir l’impression que les choses ont changé depuis le XIXe siècle mais pas vraiment. C’est pourquoi ma priorité en 2021 est de lire majoritairement des ouvrages écrits par des femmes et des personnes LGBTQIA+. As-tu lu un de ces romans? Quels sont les autres classiques que tu me recommanderais?


* Inscris-toi à la newsletter de pretty naive en cliquant ici *