Best Books of 2020 #02

Hello fellow bookworm! En juin, je publiais la première moitié de cet article en disant que 2020 a démarré sur les chapeaux de roues pour moi niveau lecture. Une fois passé le mois d’août, j’ai perdu mon mojo et il est seulement revenu à la mi-octobre comme je te l’ai dit récemment. Heureusement car sinon cet article n’aurait jamais vu le jour et je serai passée à côté de quelques bons titres. La seconde moitié de 2020 a été un peu moins fructueuse, je suis tombée sur quelques livres qui m’ont ennuyé, qui m’ont fait levé les yeux au ciel et que j’avais hâte de finir. Néanmoins j’ai tout de même quelques lectures à te recommander pour la fin de l’année, à rapidement ajouter à ta liste de Noël ou à dévorer en 2021. 

Livres: The Family Upstairs, Our Chemical Hearts, The Short Story of Women Artists

The Family Upstairs – Lisa Jewell

Mystery/Thriller
★★★★

Pour ses 25 ans, Libby Jones hérite d’un manoir abandonné dans le quartier londonien de Chelsea. C’est le jour de son anniversaire qu’on lui dévoile sa véritable identité. Celle de Serenity, le bébé de 10 mois laissé dans son berceau à l’étage, alors qu’en bas, se trouvent trois corps en décomposition. Et les autres enfants de 16 Cheyne Walk ont également disparu.

Mmm je ne résiste jamais un thriller plein de mystère. Surtout quand celui-ci implique un ou plusieurs meurtres, un pacte et une secte. Je connais souvent le coupable avant le fin de l’histoire mais c’est toujours le motif et le modus operandi qui m’intriguent. Et je dois avouer que je ne l’avais pas vu venir. D’ailleurs il y a plein de choses que je n’avais pas vu venir dans The Family Upstairs. Et c’est probablement ce qui m’a plu le plus. Au début, j’ai eu un peu de mal à accrocher. L’histoire est raconté d’après le point de vue de trois personnages. Mais une fois lancé, impossible de décrocher. Un vrai page-turner.


Our Chemical Hearts – Krystal Sutherland

Young Adult 
★★★★★

Henry Page est en dernière année de lycée et n’a jamais été amoureux. Alors quand Grace Town, marchant avec une canne et portant des vêtements de garçon, débarque, il est loin de ressentir des papillons dans le ventre. Pourtant, elle l’intrigue. Et quand ils se retrouvent ensemble à la tête du journal de l’école, une alchimie se créée entre Henry et Grace.

Ce qui me plait avec le genre young adult, c’est que tu sais dans quoi tu t’embarques. Soit ça va te faire du baume au cœur, soit ça va te le briser. Après avoir lu ce court résumé tu te dis sans doute, okay je vois les choses venir. Oui et non. J’avoue il s’agit de la trame classique où deux adolescents tombent amoureux mais il y a tellement plus à Our Chemical Hearts. C’est une histoire d’amour, de relations, d’amitié, de deuil, de pardon, de santé mentale et de sciences.

Cela faisait un moment que je ne m’étais pas sentie aussi connectée à une histoire et de diverses façons. Tout d’abord, Henry m’a rappelé la beauté de l’amour. À quel point, il est imprévisible, il vous frappe soudainement, vous enveloppe et vous fait du bien. Mais l’amour n’est pas parfait et souvent ça fait mal aussi. Ensuite il y a Grace et tout ce qu’elle a perdu. Elle semble comme brisée autant physiquement que mentalement. Je n’en dirai pas plus car je ne veux pas dévoiler l’histoire. Sache que j’ai versé une larme, et pas qu’une d’ailleurs. L’adaptation d’Amazon vaut également le coup. Je te glisse la bande annonce ici, si tu ne l’a pas encore vu mais pense à avoir une boîte de mouchoir à portée de main. 


The Short Story of Women Artists – Susie Hodge

Art/Feminism
★★★★

Un livre sur des artistes féminins? Comment résister? The Short Story of Women Artists raconte en bref l’histoire des nombreuses femmes qui ont dû se battre pour avoir une place dans le milieu artistique exclusivement réservé aux artistes masculins. Peu importe leur statut, leur fortune, leur talent, leurs œuvres n’étaient pas reconnues. Au contraire, on leur riait au nez, on les insultait, on les diminuait. Elles n’avaient pas droit à peindre certains sujets; on leur interdisait les ateliers où venaient poser des modèles vivants. Ni d’exposer ou suivre une instruction ou rejoindre les académies d’art.

J’ai adoré ce livre car il m’a permis de découvrir de nouvelles artistes d’hier et d’aujourd’hui. Mais aussi d’en apprendre plus sur l’histoire de l’art non pas féminin mais signé par la femme. Nombreuses de ces artistes oubliées sont seulement découvertes maintenant. À l’époque, elles galéraient à joindre les deux bouts et à être reconnue. Aujourd’hui, les musées du monde entier s’arrachent leurs œuvres. The Short Story of Women Artists est concis et richement illustré. Tu découvriras qu’on a avancé depuis mais qu’il ne faut pas se relâcher pour autant. Car on est loin d’une représentation équitable dans les musées et les expositions entre les artistes masculins et les artistes féminins/LGBTQ+/POC.


Livres: Expectation, The Goldfinch, Olive

Expectation – Anna Hope

Fiction/Contemporary 
★★★★

Hannah, Cate et Lissa vivent ensemble dans une belle maison londonienne à quelques pas du parc London Fields. Elles ont la vingtaine et une amitié forte qui les rend inséparable. Pourtant quelques années plus tard, leur vie respective a pris un tournant qu’elles n’avaient pas vraiment imaginé. Mariage, enfants, carrière. Tout est loin d’être parfait surtout quand on se compare à ses amies. On se sent un peu à la traine et on finit par envier certains aspects de la vie des autres.

Si tu me suis depuis un moment tu sais que j’affectionne tout particulièrement ce sujet. Le fait de se sentir en décalage par rapport à son entourage. Alors Expectation m’a tout de suite parlé. Je me suis d’ailleurs reconnu dans les trois protagonistes. Je pense que c’est ça la force du roman. Il s’agit peut-être d’une fiction mais on peut facilement s’identifier à leur histoire. Aussi les faits se passent à Londres. Les filles habitent près de mon parc préféré et se rendent dans les quartiers que j’aime. Alors que demander de plus? Pour un avis un peu différent du mien, je t’invite à jeter un œil à l’article d’Alice!


The Goldfinch – Donna Tartt

Fiction 
★★★★

Alors que Theo Decker se rend à l’école avec sa mère, ils décident de passer par le musée. Theo tourne le dos un instant et un bruit sourd survient. Il est soudainement enseveli sous un amas de poussière et n’a pas la moindre idée de ce qui lui est arrivé. Alors âgé de treize ans, il a miraculeusement survécu à une explosion, qui malheureusement a tué sa mère. Cette journée sera à jamais gravée en lui. Non seulement car il a perdu un être cher, mais à cause de ce petit tableau qui le suit partout.

Je n’ai jamais lu une histoire comme celle-ci. The Goldfinch est un gros livre de 800 pages qui suit Theo de ses 13 ans au milieu de sa trentaine. Et au fil des pages, on s’attache aux différents personnages, à leurs relations. Bien qu’il s’agît d’une fiction, l’histoire semble tellement réelle. The Goldfinch, c’est surtout une histoire de liens tissés entre Theo et les autres personnes qu’il a rencontré tout au long de sa vie. Ces relations sont tellement intenses car chacun.e a perdu quelqu’un de proche, ce qui créé tout de suite un point commun entre eux et réenforce leur dévotion pour les un.e.s et les autres.

J’aimerai néanmoins ajouter un disclaimer. Les personnages secondaires sont basés sur des clichés et stéréotypes raciaux et ethniques. Ce qui donne l’impression que ceux-ci sont présents afin d’élever le protagoniste Theo, un petit garçon blanc, et de le tourner en héros. Et je dois avouer que cette lecture m’a mis mal à l’aise à plusieurs moments car The Goldfinch a été publié en 2013 et a reçu le Prix Pulitzer de fiction en 2014. Donc ce n’est pas un vieux livre et cela réenforce le fait que pour beaucoup de personnes ce n’est pas un problème. Pour plus de détails, je vous invite à lire l’article de Clairefy. Je me permets d’ajouter ce livre ici car je sais que plusieurs d’entre vous étaient également intéressé.e.s.


Olive – Emma Gannon

Fiction/Contemporary
★★★★★

Olive a trente ans, elle vient de quitter sa relation de 9 ans et elle aurait bien besoin de ses meilleures amies. Malheureusement, Cecily, Bea et Isla vivent toutes quelque chose de personnel à cet instant et sont aux abonnés absents. De peur de déranger, Olive décide de garder ça pour elle. Comme le fait qu’elle n’avait aucun désir de maternité. Ce qui risque probablement de choquer ses amies.

Oh boy. Alors je te disais que je m’étais identifié aux trois personnes d’Expectation. Eh bien, là je suis Olive. D’a à z. Un peu paumée, anxieuse, indécise, la peur de déranger, garder tout pour soi… et en plus de ça, je n’ai aucun désir de maternité. Zéro. Nul. Nada. Et ça semble déranger certaines personnes. On m’a tellement de fois servi le discours ridicule du “tu changeras d’avis quand tu rencontreras la bonne personne”. La maternité est imposée aux femmes, comme si ça venait avec le sexe. Donc c’est vraiment rafraichissant de lire une autre perspective sur le sujet. Ensuite Olive est bien évidemment un roman d’amitié entre femmes, ce qui ressemble un peu à Expectation. D’autant plus que dans chaque récit, une des protagonistes suit un programme d’insémination artificielle. Mais alors qu’Olive touche aussi sur le côté comparaison, il est plus focalisé sur la recherche de soi. Et j’ai adoré la suivre dans sa quête d’elle-même. 


Livres: Rodham, Dark Places, Invisible Women

Rodham – Curtis Sittenfeld

Historical Fiction/Politics
★★★★

En 1971, Hillary Rodham est une jeune femme pleine de potentiel. Elle étudie à la faculté de droit de Yale, et elle est à l’avant du mouvement activiste estudiantin et des droits de la femme. Puis elle rencontre Bill Clinton, un beau grand sudiste charismatique. Ils peuvent passer des heures et des heures ensemble sans jamais s’embêter. Ils ont les meilleures conversations intellectuelles et le sexe est pas mal non plus. Dans notre monde, Hillary et Bill se sont mariés. Il est devenu le 42è Président des États-Unis, et elle, Première Dame. Mais que ce serait-il passé si Hillary avait rompu avec Bill?

Je n’ai jamais lu de fiction historique basée sur un vrai personnage qui est toujours en vie. C’est un étrange concept mais qui m’a tout de suite attiré. La citation choisir c’est renoncer prend tout son sens à travers Rodham. Hillary aurait pu avoir une vie tellement différente si elle n’avait pas épousé Bill Clinton, après qu’il lui ait demandé 3 fois. Et je me demande si elle aurait été active dans la politique, si elle se serait également présentée aux présidentielles etc. C’est ce qu’explore Curtis Sittenfeld dans ce livre. Et avec brio. On s’attache très vite au personnage de Hillary Rodham, qui ne se laisse pas marcher dessus, qui porte le féminisme sur ses épaules et qui inspire de par sa volonté. À se demander où est la fiction et la réalité!


Dark Places – Gillian Flynn

Mystery/Crime
★★★★

Libby Day n’avait que sept ans lorsque son témoignage a mis son frère de quinze ans derrière les barreaux. Et ce, pour le meurtre sanglant de leurs mère et sœurs de neuf et dix ans. Vingt-quatre ans plus tard, elle est contactée par un groupe convaincu de l’innocence de Ben. Et Libby commence à poser des questions qu’elle n’avait jamais osé poser auparavant.

J’ai lu Dark Places en 3 jours. Impossible de le déposer. On y suit Libby en quête de la vérité. Son investigation l’oblige à rouvrir la porte de ses dark places qu’elle a essayé d’oublier pendant de nombreuses années. On se croirait en plein milieu d’une série policière et notre esprit nous joue des tours. À certains moments, j’étais persuadé de l’innocence du frère de Libby. À d’autres, pas un seul instant. Gillian Flynn nous emmène dans des pénombres de plus en plus sombres au fil des pages. Il s’agit du deuxième roman que j’ai lu de l’auteure et je vais “devoir” tous les lire car à chaque fois, elle me surprend par un élément auquel je n’aurai jamais pensé. 


Invisible Women – Caroline Criado Perez

Nonfiction/Feminism
★★★★

Le monde moderne se base sur des milliards de data, et celles-ci sont fondamentales pour notre fonctionnement. Du développement économique aux soins de santé, en passant par l’éducation et les politiques publiques, nous nous appuyons sur ces chiffres pour allouer des ressources et prendre des décisions cruciales. Néanmoins la majorité de ces données ne tient pas compte du genre. Elles sont basées sur les hommes par défaut. Et les femmes paient un lourd tribut pour ce manque de considération par le biais de préjugés, pertes de temps, d’argent et aussi de vie.

Je triche un peu car je n’ai pas fini Invisible Women mais je sais d’avance qu’il fera partie de mes meilleures lectures de 2020. Nous vivons dans un monde créé par les hommes pour les hommes. Cela m’a vraiment frappé quand je suis tombée sur une émission expliquant que les mannequins prévus pour les crash tests des airbags sont basés sur l’homme. Donc une femme dans la même condition aurait statistiquement plus de chances d’être blessée ou pire. Caroline Criado Perez énumère toutes ces injustices liées au data gap. Un ouvrage tout aussi fascinant qu’enrageant.


Je te le disais au début de l’article, j’avais un peu perdu mon mojo pendant quelques mois. Chaque année ça m’arrive. Je suis prise dans un reading slump et rien ne me donne envie. Même s’il y a des titres intéressants et passionnants qui m’attendent dans ma bibliothèque. Puis il suffit d’un ouvrage pour que ça me reprenne. À l’heure où j’écris cet article, j’ai dépassé mon challenge Goodreads de 2020 qui était de lire 30 livres. J’en suis à 46. Mais l’année n’est pas tout à fait terminée et j’aimerai bien en ajouter quelques-uns au compteur. As-tu lu l’un de ces ouvrages? Quels titres se trouvent dans ton top 3 de 2020?


* Inscris-toi à la newsletter de pretty naive en cliquant ici *