Adopter le Slow Living le temps d’un weekend

Je vous ai parlé plusieurs fois de ma frustration à vivre dans une ville qui ne dort jamais. Son rythme effréné avait un impact sur moi et j’attendais les weekends avec impatience pour ralentir. J’avais depuis trouvé un rythme de croisière qui me plaisait bien mais les récents événements ont tout bousculé. Bien que le monde soit passé au ralenti, mon quotidien n’a pas encore reçu le mémo. Alors c’est sur mes weekends que je vais me focaliser à nouveau en testant quelques activités pour ralentir mon cerveau et apaiser mon esprit.

Garder mon alarme activée les weekends

Celle-ci est intéressante car mon corps est réglé comme une horloge et même en semaine, je me réveille avant que mon alarme sonne. Mais si un jour je venais à la désactiver par erreur, vous pouvez être sûr.e que je vais dormir jusque 11h. En weekend j’aime garder cette routine de me réveiller tôt (8h-8h30). M’étirer, rester bien au chaud dans mon lit et dévorer quelques pages d’un bouquin pendant 30 minutes.

Pas de téléphone jusque midi

Cette tâche est un peu plus compliquée sachant que je fais tout avec mon téléphone. Comme tout.e bon.ne millennial.e, celui-ci est l’extension de mon bras. Alors j’adapte cette résolution à pas d’accès à Internet, pas de réseaux sociaux jusque midi. Mais je peux écouter un podcast pendant que je suis sur le tapis de course ou que je fais une autre activité.

L’indulgence du weekend: le latté

En semaine, j’évite le café car je deviens vite accroc. Alors je me le réserve pour le weekend et je sors le mousseur à lait, les grains à moudre et la cafetière à piston. C’est tout ou rien ici.

Changer son linge de lit

On sous-estime souvent le pouvoir des draps fraichement sortis du placard qui sentent encore l’adoucissant. Bien que je déteste toujours autant l’acte de changer ses draps, le soir, quand je me couche c’est toujours reconnaissante pour de ce petit détail.

Se promener avec intention

Alors oui c’est important d’avoir une activité physique et sortir prendre l’air mais j’aime donner du sens à mes promenades plutôt que de marcher vaguement sans but. Pour moi, cela signifie observer le monde autour de moi et chercher les petits moments magiques du quotidien pour les capturer. Un jeu de lumières, de couleurs, de textures, de courbes ou encore la beauté de la nature tout simplement.

Se laisser aller à l’écriture

Le pouvoir des mots est étonnant et encore plus quand celui-ci est sur papier. J’aime me poser et écrire. Quelques lignes qui formeront un poème de fortune, ce qui me pèse sur le cœur, les aventures d’une héroïne inconnue ou tout simplement un article pour le blog. Je fais partie de la vieille école et j’aime sortir un premier jet sur papier avant de le mettre au propre sur WordPress.

Faire quelques choses de mes dix doigts

Les jours où l’inspiration pour écrire ne me vient pas, je passe à autre chose afin de produire avec mes mains. Un gâteau, un pain, des cookies, des muffins… je n’ai jamais autant pâtissé. J’ai également sorti un livre de coloriage que je n’avais pas ouvert depuis Noël 2015 quand je l’ai reçu. Mes dessins sont très rarement en couleur, je n’ai jamais aimé colorier mais ces derniers temps je dois avouer que cette activité me fait le plus grand bien. Elle me permet vraiment de déconnecter mon cerveau pour me focaliser sur quelque chose de simple. Sinon il y a bien évidemment la photo. Créer des petites mises en scène de toute pièce, bidouiller les couleurs sur Lightroom pour développer en image ce qui se trouve dans mon cerveau.

Se déconnecter le soir

Alors qu’en semaine je consomme plutôt des vidéos sur YouTube, des choses légères pour me relaxer après le boulot, le samedi j’aime me couper des petits écrans pour me plonger dans un film. Et pour quelqu’un qui ne regarde pas souvent des films, c’est plutôt exceptionnel.


Voilà quelques activités que je me réjouis de faire dès que le weekend pointe le bout de son nez. Alors qu’en semaine mon esprit est majoritairement occupé par le boulot, j’aime me lancer dans des tâches plus calmes et simples mais qui m’empêchent de trop penser à ce qui se passe dans le monde. Ralentir et avoir un semblant de normalité, c’est ce qui m’aide personnellement à avancer. Et si comme moi vous vous êtes remis.e au coloriage, je vous conseille les pages à colorier d’Anna Nunez, Julie’s Jumble, Oana Befort, Natali Koromotoqui ou encore Catherine Willett. Si vous en avez à me conseiller je suis bien évidemment preneuse. Et vous, à quoi ressemblent vos slow weekends ou semaines?


* Inscris-toi à la newsletter de pretty naive en cliquant ici *