2019 : Bilan de l’année

Et voilà, en un claquement de doigts, on se retrouve pour le traditionnel article de fin d’année. 2019 fut une année intéressante. J’ai l’impression d’avoir couru la moitié de l’année. J’en profite donc de ces 2 heures d’Eurostar en direction de la Belgique pour me poser et méditer sur les mois écoulés.

Billet d’humeur 

2019 a commencé en flèche. Au mois de février, je prenais l’Eurostar direction Londres pour un entretien d’emploi. J’étais confidente. J’avais un bon feeling. Ça s’était bien passé. J’en ai profité pour rester quelques jours de plus sur place. Ça faisait longtemps que je n’avais pas mis les pieds à Londres et la ville me manquait. Puis j’ai également enfin rencontré Kelly. Après des années à se suivre et échanger sur la toile, c’était tellement fun de passer une journée ensemble. Le retour à la réalité a été un peu brutal, j’essuyais un nouveau rejet. Et cette occurrence s’est malheureusement répétée plusieurs fois. Ce qui a rendu mon humeur plutôt meh. Je ne suis ni heureuse, ni maussade mais j’ai appris à ne rien attendre de la vie. Finalement à laisser les choses se faire d’elles-mêmes sans y mettre aucune pression et sans me mettre la pression. Ce qui est positif car dès qu’un truc cool m’arrive, je le ressens à 120%. Si un truc moins cool se passe, ça me glisse dessus comme la pluie.

J’ai aussi passé le cap des 30 ans. Et après réflexion, ça ne m’a fait ni chaud ni froid. J’ai toujours vu la trentaine comme un genre d’épée de Damoclès qui me rappellerait que je suis loin d’avoir la vie que j’avais imaginé. C’est vrai. Je n’ai pas la vie dont j’avais rêvé, je suis à des kilomètres de la vie des autres trentenaires. Je ne vais pas dire que ma vie est mieux mais elle n’est pas si mal. Ce n’est pas des foutaises quand on dit qu’avec l’âge vient la sagesse. Il m’aura fallu trente ans pour accepter qui je suis. Accepter mon corps, accepter ma personnalité, accepter mes défauts. Je suis loin d’être parfaite mais je suis loin d’être une horrible aussi. Maintenant je me vois comme un work in progress sans but précis, si ce n’est l’amélioration de soi. Après tout, les humains c’est comme le vin, on se bonifie avec l’âge !

À lire: What does Me-Time mean to You?, En quête d’une perfection irréaliste, Flying solo, vivre des expériences pour soi.

Culture 

J’ai lu 6,785 pages à travers 24 livres. J’avais commencé sur les chapeaux de roue et à la moitié de l’année j’ai perdu mon mojo de bookworm. Les podcasts, par contre, ont vraiment rythmé mon année. Si vous cherchez quelque chose à écouter histoire de changer de votre playlist musicale, je partageais mes favoris sur le blog. Puis il y a même des titres en français !

Sur le petit écran, on ne peut pas dire que c’était très folichon non plus. J’ai adoré The Umbrella Academy (S01), The Chilling Adventures of Sabrina (S02), Mindhunter (S02), Stranger Things (S03), The Politician (S01) et The End of the F***ing World (S02). Des séries tellement différentes les unes des autres mais tellement bonnes.

Je pense que cette année, j’ai préféré les expériences culturelles plutôt que les « matériaux » culturels. Ayant pas mal de temps libre avec ma recherche de boulot qui n’était pas très fructueuse, je me suis occupée en faisant la tournée des musées à Bruxelles, à Anvers, à Charleroi mais aussi lors de mes voyages à Londres, en Suisse ou encore à Manchester.

À lire: Best Books of 2019, Food for Thought: Ma sélection de podcasts en 2019, 3 livres — 3 films

Fashion Corner 

À 30 ans, je me connais beaucoup plus qu’à 21 ans. Je l’ai surtout remarqué avec mon style. Bien que celui-ci fluctue de temps en temps selon les éléments qui m’influencent au quotidien (les séries, les influenceurs, les gens autour de moi), j’ai découvert une constante dans laquelle je me sens bien. Des pièces qui me ressemblent et qui je sais resteront longtemps dans mon dressing. J’ai expérimenté avec mon style pendant des années. Je pense à mon pantalon pattes d’éléphant en velours colleté vert pomme, mes slip-on noires à éléphants roses, mes UGG ou ma phase preppy à l’université. Tout ne fut pas toujours un succès. J’ai eu droit à pas mal de moqueries mais cela m’a permis de trouver qui je suis.

La mode a toujours été un élément important de ma personne. J’adore les vêtements, les toucher, admirer le travail accompli. Cette année, ma consommation vestimentaire a quelque peu évolué. Je fais plus attention à mes achats. Je continue à jeter un œil aux Fashion Weeks mais ma mentalité d’achat a beaucoup changé. Je pense sur le long terme plutôt que me laisser succomber à la pièce tendance du moment. 2019 était l’année du vintage et de la seconde main. Je me suis vraiment découvert un amour pour la fripe. Les magasins de seconde main de Bruxelles et Anvers y ont pas mal contribué (T2, Episode et Melting Pot). Une fois arrivée à Londres, le paradis du vintage, cette passion a pris un autre tournant. Je prends tellement de plaisir à visiter les ventes au kilo en quête de la perle rare.

À lire: 10 astuces pour chiner en friperies, Mon cheminement vers la mode vintage, Trouvailles de seconde main en 2019

Globe Trotter 

En 2019, j’ai continué à explorer un peu la Belgique avec des visites à Anvers, Bruxelles, Charleroi, Leuven, Namur et même la côte. Mais ce qui m’a le plus marqué c’est bien évidemment mes voyages hors Belgique. Un aller/retour à Londres pour cet entretien dont je vous parlais précédemment. Quelques jours en Suisse à découvrir Genève et Lausanne mais surtout pour retrouver Nathalia. Je ne vous la présente plus, vous avez déjà entendu parler d’elle sur le blog. Presque 9 mois c’était écoulé depuis mon départ de Toronto et on s’est retrouvées comme si on ne s’était jamais quittées. Ce séjour fut synonyme de fromage, bières et fou rires à en pleurer. Puis on se revoit bientôt et j’ai tellement hâte.

Le voyage qui a tout chamboulé, mon solo trip à Manchester. Un énorme coup de cœur pour cette ville. J’ai un goût de trop peu, j’ai tellement envie d’y retourner. There’s something about Manchester. J’ai même pensé tout claquer et y déménager. Puis Londres m’a rappelé. Ne vous méprenez pas, j’adore Londres mais je me verrai bien m’installer chez les macuniens.

À lire: Un petit détour par Leuven, À la découverte deux villes suisses: Genève & Lausanne, Voyage solo à Manchester

Lifestyle 

Une chose est certaine mon lifestyle a pris un coup en 2019. Après des mois de galère à courir à droite à gauche, à passer de nombreux entretiens, à tester plusieurs formations, j’ai décroché un job. Et pas des moindres, un job dans la capitale anglaise. Une ville dans laquelle j’ai toujours voulu vivre sans oser m’y aventurer plus longtemps qu’un city trip. J’ai su traverser un océan mais Londres a toujours eu ce côté intimidant donc je n’ai jamais sauté le pas. Et alors que l’avenir du pays est incertain, j’y suis. Living the dream ? Hmm n’exagérons rien. Mais je profite de chaque instant. La ville m’inspire tellement. De par sa culture, son héritage et également les gens qui font Londres. J’adore le côté multiculturel des grandes villes et c’est vraiment ce qui me manquait. Bien que Londres m’épuise aussi. C’est difficile de trouver un rythme dans une ville qui ne dort jamais. Il y a toujours quelque chose à faire mais petit à petit, je trouve mes marques.

Et cette année, trouver un équilibre a vraiment été ma priorité. J’ai l’impression que je suis sur la bonne voie.

À lire: A Balanced Life Project, ’90s Women taught me about Feminism, Tenir un journal mon expérience


Depuis 2017, j’ai pour habitude de faire une rétrospective de l’année écoulée. Vous remarquerez que la photo qui accompagne cet article est dans la même thématique que les années précédentes. C’est devenu un genre de tradition on dirait. Se poser et penser aux mois précédents permet de mettre les choses en perspective, de se rendre compte que même si tout n’était pas rose, on a vécu des bons moments et finalement ce sont ceux sur lesquels il faut se concentrer.

2019 fut une belle année pour pretty naive. Ce blog est vraiment ma happy place. J’y trouve tellement de plaisir à écrire, partager mes photos et discuter avec vous en commentaire. Ça me permet de voir que je ne suis pas la seule dans mes folles péripéties. J’ai un peu ralenti mon rythme de publication, avec un article par semaine mais il semblerait que ça me/vous plait plus. Je m’investis un peu plus dans mes articles et surtout je me mets moins la pression. Quels sont vos meilleurs moments de 2019? Encore merci pour votre soutien et on se voit en 2020 ♥


* Inscris-toi à la newsletter de pretty naive en cliquant ici *