Parfait n’existe pas, tout est une question de perspective

Sur les réseaux sociaux ou Internet de manière générale, nous donnons parfois une fausse image de nous-même. À la fois proche de la réalité et à son total opposé. Nous voulons rester réaliste et vrai mais en même temps nous voulons nous montrer sous notre meilleur jour. Est-ce vraiment une mauvaise chose? Pas vraiment. Sauf si on ne fait pas la part des choses et on finit par se perdre dans cette belle version créée pour Internet.

Paraître sous son meilleur jour 

Lorsque l’on croise quelqu’un dans la rue, il est d’usage de demander comment cette personne va. Peu importe l’individu, il est rare que l’on réponde que ça ne va pas. On a retranscrit cette habitude sur la toile. Nous voulons montrer la meilleure version de nous-même. Comme s’il s’agissait d’un premier rendez-vous ou d’un entretien d’embauche, nous voulons bien présenter. Après tout c’est souvent la première impression qui prime, qui restera en mémoire. C’est pourquoi on ressent ce besoin de paraître beau sur la toile ou irl. Tout.va.bien.

Les réseaux sociaux sont le reflet de qui nous sommes ou plutôt la meilleure version de nous-même. Parfois on n’a pas envie de discuter des aspects plus sombres de notre quotidien. Pour plusieurs raisons, vaines ou non. Ce n’est pas esthétique, c’est privé ou tout simplement parce qu’on veut se concentrer sur le positif, sur les moments heureux. On dit toujours qu’il faut se focaliser sur le positif. Le positif amène le positif. Alors c’est ce que l’on finit par partager.

Le succès des autres n’est pas notre échec 

C’est quelque chose que j’ai du mal à appliquer au jour le jour. J’ai bientôt 30 ans, la plupart de mes copines sont soit mariées ou ont des enfants ou les deux. Une maison, une voiture, un chien et tutti quanti. Ce n’est clairement pas mon cas. Je suis loin d’être dans la norme sociétale. Et même si ce sont des choses que je sais pertinemment que je ne veux pas (et non, je ne veux pas me marier, ni avoir d’enfant), je ne peux m’empêcher de nous comparer. Je vous en avais déjà parlé dans mon article Being at a different life stage than your friends.

Alors oui, les réseaux sociaux peuvent nous faire sentir mal dans notre peau parce que la vie des autres semble meilleure que la nôtre. On se perd dans le joli feed qu’une personne publie en ligne. Nous oublions ce qui se passe dans les coulisses. Quelqu’un porte des vêtements super tendance, voyage aux quatre coins du monde, s’amuse sur la toile. Mais on oublie qu’il y a une partie de cette histoire dont on ne connait pas la vérité. Tout est une question de perspective. On ne voit que ce que l’on veut bien voir ou plutôt ce que les autres veulent nous faire voir. Les gens ne vous disent que ce qu’ils ont envie de nous dire. C’est une réalité, sur Internet, tout le monde est un conteur d’histoire.

J’ai récemment lu le livre My Thoughts Exactly de Lily Allen. Sur papier, sa vie semble tellement parfaite mais quand on connaît le fin mot de l’histoire, on se prend une petite claque. Pas étonnant que la pop star a publié un mémoire à 34 ans, sa vie fut mouvementé et pas uniquement de bonnes choses.

Tout est une question de perspective

L’habit ne fait pas le moine 

On dit toujours qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Cependant c’est quelque chose que nous faisons constamment. Nous aimons nous poser en terrasse, observer les passant et s’imaginer leurs folles aventures. Sont-ils mariés? Ont-ils des enfants? Que font-ils dans la vie? C’est la nature humaine. On aime les histoires fantastiques, celles qu’on ne peut pas vivre, celles qui nous font rêver. Et on en oublie vite la réalité. Nous ouvrons notre téléphone, nous voyons ces gens heureux, souriant, crachant leur bonheur à notre visage mais nous ne savons pas ce qu’ils ont dû faire ou ce qu’ils ont vécu pour avoir cette vie. Nous ne savons pas si leur quotidien est vraiment heureux.

Même les personnes que nous admirons galèrent parfois. Parfait n’existe pas. On est en constante évolution. On est toujours en train d’apprendre. Il y a toujours quelque chose de nouveau qui sort et ce, dans chaque industrie. L’herbe n’est pas plus verte de l’autre côté, parfois l’herbe est fausse ou sèche. Et si elle est plus verte, si vous voyez que quelqu’un possède la maison que vous voulez ou le job de vos rêve ou est dans une belle relation amoureuse, ne vous lamentez pas sur votre sort. Dites-vous plutôt si eux peuvent l’avoir ou le faire, vous aussi. Servez-vous-en comme exemple et donnez-vous les moyens.


Nous ne savons pas vraiment ce que les autres vivent. Nous ne voyons que ce qu’ils veulent bien partager. Mais nous avons tendance à oublier que nous faisons la même chose. On nous demande comment s’est passé notre week-end et on enjolive la vraie version. J’étais seule à la maison, j’avais la gueule de bois, j’ai pleuré tout le week-end se transforme en j’ai juste passé un petit week-end de détente à la maison. Nous avons peur du jugement des autres mais surtout peur de notre propre jugement. Qui soyons honnête est souvent plus blessant.

No one has life together 100% of the time. Personne n’a une vie parfaite. La nôtre ne l’est pas alors pourquoi s’imagine-t-on que celle des autres l’est? La comparaison est bonne si elle vous pousse à avancer dans la vie. Il est temps de montrer un peu de compassion envers les autres mais surtout envers nous-même. Thank you for coming to my TED talk!


* Inscris-toi à la newsletter de pretty naive en cliquant ici *