’90s Women taught me about Feminism

Avec la journée internationale des droits des femmes qui se rapproche à grands pas (c’est ce vendredi 8 mars au cas où vous l’aviez zappé), j’ai eu envie de publier un petit article féministe. Oui, j’ai dit le mot en ” f “. Non, cet article n’est pas une propagande. Pas besoin de vous ruer sur la croix rouge pour quitter la fenêtre. Personnellement, je cherche encore ma place dans le mouvement mais j’essaie de m’éduquer au fur et à mesure et m’y investir selon mes moyens. Mon éducation féministe ne date pourtant pas d’hier. I’m a nineties kid (1989 pour être exacte) et on a vu pas mal de badass du petit au grand écran. Aujourd’hui, je partage avec vous ces féministes des années 90 qui ont fait de moi la femme que je suis.

90's Women taught me about Feminism - Spice Girls

SPICE GIRLS (1994)

Je vous l’accorde celui-ci était plutôt facile. Même si techniquement, ma première introduction au féminisme était probablement Lisa Simpson. Intelligente, brillante, activiste, créative, je pense qu’elle a sérieusement créé le chemin pour plusieurs d’entre nous. Néanmoins c’est les Spice Girls qui m’ont vraiment donné une idée plus concrète du terme féminisme. Oui, c’exact. Je vous parle bien de ce girlband de pop anglaise composé de Mel B, Mel C, Emma, Geri et Victoria, formé en 1994. Le son des Spice Girls a littéralement guidé mon enfance. Depuis un cd découvert dans la collection de mes parents jusqu’au film en passant par les cartes à collectionner et bien évidemment les plateformes. On se retrouvait avec mes copines à la récré, on entrait chacune dans notre rôle respectif (et non, contre toute attente ma petite tête blonde ne jouait pas le rôle d’Emma mais celui de Geri), on faisait une performance devant tout le monde et surtout on ne se laissait pas marcher dessus par les garçons. Elles s’habillaient comme elles voulaient, elles se comportaient comme elles l’entendaient et partaient à la conquête du monde. Que demander de plus quand on a 6 ans? #girlpower

Dans mes oreilles, il y avait aussi Missy Elliott, Brandy, TLC, Aaliyah… quelques noms qui me rendent vraiment nostalgiques du r&b des années 90.

[Source image]

Buffy Summers, Buffy the Vampire Slayer (1997)

Les années 90 nous ont fait connaître une multitude de séries télévisées où la femme n’était plus la demoiselle en détresse ou la sidekick de l’homme. Elles avançaient dans le monde en créant leur propre voie, en s’amusant et surtout en faisant une différence. Comment ne pas mentionner Buffy Summers? Buffy the Vampire Slayer était une série télévisée américaine où l’héroïne était dotée d’une force surhumaine qui lui permettait de combattre les vampires et autres créatures surnaturelles. Celle-ci apporta d’ailleurs son lot de polémiques car le rôle principal était tenu par une femme et surtout plus forte que les hommes de la série. La tueuse de vampire, interprétée par Sarah Michelle Gellar, n’était pas seule face à ces démons mais si on regarde le casting d’un peu plus près, elle était entourée d’une majorité de personnages féminins pour mon plus grand plaisir. Buffy m’a fait rêver plus d’une fois, m’a fait comprendre que l’on n’a pas besoin d’un homme pour avancer (bye bye Angel, même si mon cœur se brise à chaque fois) et surtout qu’il ne faut pas renoncer (après tout Buffy ne meurt jamais).

Si on continue dans les personnages fictifs, je pense aussi à:

La liste n’est bien évidement pas exhaustive car nombreuses étaient les superwomen de cette époque.

[Source image]

90's Women taught me about Feminism - Brody Dalle

BRODY DALLE, The Distillers (1998)

Le nom des femmes précédentes vous était probablement familier, celui-ci peut-être moins. Brody Dalle décide de quitter son Australie natale pour jouer du punk rock à Los Angeles, en Californie. À peine âgée de 18 ans, elle fonde le groupe The Distillers dont elle est chanteuse, guitariste mais surtout frontwoman. Boom. C’est bien beau de rêver sur les séries télévisées, les dessins animés ou les films mais quand la vie vous apporte sur un plateau d’argent un exemple concret c’est tout de suite plus motivant et inspirant. Je n’écoute pas souvent des groupes dont le lead est féminin mais quand c’est le cas, vous pouvez être sure qu’elle est une vraie badass comme Brody Dalle. Il faut dire que le mouvement punk a toujours eu ce côté revendicatif et si on voulait se faire une place, qu’on soit un homme ou une femme il fallait se battre. Une femme encore plus à vrai dire. Brody Dalle l’a fait et c’est pour ça qu’elle est et sera toujours un modèle d’inspiration selon moi.

Trois albums plus tard, un autre album avec le projet Spinnerette et ensuite un album solo, The Distillers reviennent en 2019. Je ne vous cache pas ma joie et certainement celle de toutes ces personnes bercées par le son puissant du groupe et la voix tellement particulière de Brody Dalle.

[Source image inconnue]


Pas de Simone de Beauvoir, Eleanor Roosevelt ou encore Ella Fitzgerald dans cette liste. Bien sûr ces femmes ont eu une influence sur moi. Leurs actes, leurs paroles et surtout leurs déterminations ont fait que nous sommes là aujourd’hui. Nous avons des milliards de femmes à remercier de notre position actuelle et future.

J’ai décidé donc de vous parler d’un girlband, d’une tueuse de vampire et de la leader d’un groupe de musique punk rock. Mes trois grosses influences féministes vous feront sans doute rire. Et pourtant ce sont leur parcours qui ont le plus résonné en moi quand j’étais enfant et que ma personnalité était encore un gros brouillon. Elles m’ont appris à regarder plus loin que l’apparence, à assumer mes idées, à me battre pour ce que je crois et surtout à croire que tout est possible si on s’en donne les moyens. Les femmes des années 90 ont été mes modèles.

Quelle a été votre première introduction au mouvement féministe ou peut-être la plus marquante? Puis surtout, car c’est le point le plus important de cet article (insert rolling my eyes meme), vous étiez qui dans les Spice Girls?


* Inscris-toi à la newsletter de pretty naive en cliquant ici *