Un mois sans achat — Le bilan

Début janvier, je me suis donné pour objectif de ne rien acheter pendant 30 jours. Je pourrais vous dire d’entrée de jeu si ce fut un succès ou non. Mais j’ai envie que vous lisiez mon article. Alors vous devrez attendre jusque la fin héhé

Pourquoi faire un shopping ban?

Je veux dépenser mon argent de manière plus intelligente, plus réfléchie. Avec ce shopping ban de 30 jours, je voulais commencer doucement avec un petit challenge pour me prouver que je peux le faire. Janvier est le mois des soldes d’hiver en Belgique. Je voulais être sure que je ne cède pas à la tentation d’acheter quelque chose parce que c’est soldé. Je veux apprendre à distinguer mes envies de mes besoins. Apprendre à faire sans et apprécier mes possessions. En fin de compte, j’ai tout ce qu’il me faut. Je n’ai besoin de rien. Pour finir, mon épargne a largement diminué quand j’ai quitté Toronto. Je veux réapprovisionner mon compte pour préparer mon éventuel déménagement et voyager en 2019.

pretty naive | Un mois sans achat (Jupes)

Préparer son shopping ban

Avant de vous lancer dans ce genre de challenge, je vous conseille de faire un petit tri dans vos possessions. Si vous vous demandez comment commencer, je vous renvoie à mon premier article de la série A Balanced Life Project pour quelques trucs et astuces. Ce tri vous permettra de savoir ce que vous avez, de faire un inventaire physique (pour les nerds comme moi) ou mental. J’ai récemment acheté une paire de collants pensant que je n’en avais plus alors qu’ils étaient simplement rangés ailleurs. Avec cet inventaire, je peux maintenant vous dire que j’ai 10 paires de collants noirs opaques. Enfin 11 avec cette dernière paire. Bien que je troue assez facilement mes collants, je doute sérieusement de la nécessité d’en avoir 11!

Ensuite choisissez une période. J’ai fixé mon shopping ban du 2 au 31 janvier. 30 jours me semblaient appropriés. Un petit chiffre pour certains mais pour moi, commencer petit est encourageant. Prenez 10 minutes de votre temps pour vous désinscrire des newsletters de vos enseignes préférées. Déjà cela évite la saturation de notre boite maul mais surtout cela réduit les tentations. Faites-en autant pour les applications sur votre portable ou simplement désactivez les notifications.

pretty naive | Un mois sans achat (Denim)

Quelques ressources

Avec cet article, je vous fais bien évidemment part de mon expérience. Si vous avez envie de vous lancer dans ce challenge pour un mois, un trimestre, une année sans shopping, je vous conseille ces lectures qui m’ont été très utiles:

mes lignes de conduite 

Pour finir, je vous conseille de créer vos propres règles. Rien de stricte car je n’aime pas les contraintes. Plutôt des lignes de conduite pour assurer la réussite d’un tel challenge.

  • Les dépenses autorisées: nourriture, produits domestiques (nettoyant, papier toilette…), nécessaire de toilettes (savon, shampoing…), transport public, téléphone, sorties (avec modération), culture (cinéma, musée).
  • Les dépenses interdites: vêtements, chaussures, sacs, accessoires, bijoux, gadgets électroniques, livres, papeterie, produits de beauté/cosmétiques, café à emporter, décorations, meubles, plantes, tattoos…

Je suis coupable de sauter sur l’opportunité dès que l’agenda d’un de mes tatoueurs préférés ouvre ou qu’ils arrivent en résidence près de chez moi. Au mois de janvier, Wolfgang Paradisio était quelques jours en résidence à Bruxelles. Ce fut une vraie torture de ne pas prendre rendez-vous. Mais un peu comme avec les vêtements, j’aimerai que mes prochaines pièces soient plus réfléchies plutôt que de céder à mon impulsivité et finir avec un (beau) flash juste pour dire de.

Je me suis également donné pour règle de réparer quand c’est possible. Je me débarrasse trop vite d’un vêtement s’il a un petit trou. J’oublie qu’un fil et une aiguille peuvent souvent faire des miracles. Je pense à cette paire de chaussettes que j’adore. Elles sont noires avec un petit cactus brodé sur la cheville. Un jour après les avoir porté, je les ai troué avec mon gros orteil (glamour cet article!). Au lieu de les jeter comme je l’aurai fait d’habitude, je les ai réparée. Dingue non? Haha

mon expérience de 30-Day Shopping ban

Les premiers jours furent faciles. Après avoir dépensé quelques euros aux mois de novembre et décembre (la faute à Black Friday, les fêtes de fin d’année et autres promotions), je n’avais pas vraiment le goût ni l’envie d’acheter. Puis la frénésie des premiers jours de soldes ne me donnait pas du tout envie de me rendre en ville pour un peu de shopping. Néanmoins je suis allée en ville. J’ai fait du repérage dans la nouvelle collection et j’ai même essayé quelques vêtements. Plus dans l’optique de déterminer si ce genre de pièces me plaisait vraiment et réfléchir sur ce morceau que dans l’optique d’acheter.

Je pense à cette jupe de longueur mi-mollet à motif peau de serpent. J’ai développé une certaine passion pour les jupes midi et son petit prix de €14,99 rend l’achat plus que tentant. Je l’ai essayé, je n’étais pas sûre, je l’ai rangée. Elle a hanté mes pensées pendant une semaine. J’ai retenté l’expérience et pour finir, ce second essai m’a convaincu. Bien qu’elle est très belle, celle-ci n’est pas faite pour moi. Et vous savez quoi? Je suis sortie du magasin super fière!

A la fin du mois, une expérience similaire s’est présentée. Je suis allée à Bruxelles pour retourner une commande Urban Outfitters passée au mois de décembre. J’ai fait un peu de browsing dans le magasin et j’ai essayé quelque morceaux. Même si je n’achète rien, j’adore me promener dans les rayons pour y puiser quelques inspirations. Surtout chez Urban Outfitters où les prix sont exorbitants mais le stylisme tellement cool. Malgré une grosse tentation, je suis ressortie les mains vides. Puis je suis allée chez & Other Stories et c’est là que je vous annonce l’échec de mon shopping ban à 5 jours de la fin. Le jour qui précédait mon escapade bruxelloise, je suis tombée en amour avec cette veste repérée sur le compte Instagram de Kim Turkington. Je suis allée sur leur site, j’ai vu qu’elle était en solde et je me suis dit si elle est en magasin demain, c’est le destin. Cela fait des années que je cherche une veste/chemise oversized avec des carreaux rouges et noirs. Ceci est certainement dû à mon amour pour les bucherons canadiens. Malheureusement je n’ai jamais trouvé chaussure à mon pied ou plutôt veste à mon buste?

Au magasin, je suis tombée sur cette fameuse veste. Il n’en restait qu’une, un 40. Je l’ai emmené en cabine bien que je porte habituellement du 38. Elle répondait à tous mes critères sauf… qu’elle était bien évidemment trop grande. C’est une coupe oversized après tout! Je l’ai remise en rayon. Fin de l’histoire? Non, pas vraiment. En rentrant, j’ai filé sur le site de & Other Stories et je l’ai commandé dans la plus petite taille disponible, un 36. Elle est arrivée dans les deux jours, je l’ai essayée et j’étais perplexe. Je la trouvais encore un poil trop grande. J’ai vérifié une dernière fois sur le site et elle était de nouveau disponible en 34. Cerise sur le gâteau, j’avais un code promotionnel. Dès qu’elle est arrivée, j’ai su que c’était la bonne ♥


Long story short, I failed. Mon challenge fut un échec! Enfin techniquement. Pour moi tout est dans la mesure car ce challenge m’a beaucoup appris. Le fait de ralentir m’a appris à réévaluer mes envies, mes besoins, mon impulsivité en matière de shopping. Je suis plus consciencieuse. Je fais plus attention aux morceaux que je choisis, je pense en termes de valeur résiduelle et de longévité du vêtements. Alors oui, ce challenge fut un échec mais étrangement j’en ressors grandie et avec €200 en plus dans mon compte épargne. J’ai trouvé l’expérience vraiment positive!

Quelle est votre relation avec la mode et le shopping? Avez-vous déjà participé à ce genre de challenge? Quels sont les morceaux sur lesquels vous avez craqué pendant ces dernières soldes?


* Inscris-toi à la newsletter de pretty naive en cliquant ici *