Iris van Herpen: Transforming Fashion.

En février dernier, je vous présentais sur le blog quelques clichés de l’exposition Dior: Christian Dior au Royal Ontario Museum de Toronto. Bien que je l’aie trouvée trop petite, j’ai été charmée par les pièces choisies pour cette collection. Le ROM a remis le couvert, nous offrant sur un plateau d’argent les créations d’Iris van Herpen à travers l’exposition Transforming Fashion.

Iris van Herpen est une fashion designer hollandaise. Après avoir étudié Fashion Design à ArtEZ Institute of the Arts aux Pays-Bas, elle fait son internat chez Alexander McQueen à Londres. On ne peut pas le nier, l’influence se fait ressentir.

Son travail est vraiment très particulier, lorsqu’elle commence le design d’une pièce c’est souvent avec les matériaux en tête qu’elle travaille, résultant en des collections très graphiques. C’est probablement ce qui m’a plu le plus dans cette exposition. Avec la haute couture, il m’arrive d’être perdue, de ne pas comprendre le travail du designer mais ici je suis en pleine admiration. Le mélange des matières, la transparence, les courbes, l’esthétisme, tout me parle. Ses robes ont tout d’une pièce d’architecture, d’une sculpture. De vraies oeuvres d’art!

pretty naive | Iris van Herpen

L’exposition Iris van Herpen: Transforming Fashion retrace le travail du designer de 2008 à 2015. Les pièces proposées sont le reflet de son art mêlant design et technologie avec pour but de repousser toujours plus loin les limites de la mode. Au début de sa carrière, Iris créait l’entièreté de sa collection à la main. Elle a dû ensuite se tourner vers la technologie mais au lieu de s’en servir uniquement pour couper ou coudre ses garments, elle change son approche et s’intéresse au 3D printing.

Pour la collection Haute Couture Crystallization, le designer a eu cette vision d’une robe comme émergeant de l’eau donnant une impression de mouvement aquatique. A l’époque (en 2010), on lui a dit que c’est impossible, qu’on ne peut pas imprimer en transparent. Mais Iris l’a fait.

pretty naive | Iris van Herpen pretty naive | Iris van Herpen pretty naive | Iris van Herpen

En 2015, pour la collection Womenswear Magnetic Motion, Iris van Herpen repousse à nouveau les limites de la technologie. Elle ne se contente pas d’imprimer des morceaux décoratifs à ajouter à ses pièces, elle décide de créer une robe entièrement avec une imprimante 3D. La robe de glace (Ice Dress) fut imprimée en deux parties, le devant et l’arrière, assemblées par la suite. Le tout résultant en 81 heures d’impression et 8 heures de travail de finition. J’ai trouvé étrange que van Herpen inclus cette pièce dans sa collection Womenswear. Celle-ci est magnifique mais loin d’être pratique.

Cet article est certainement différent de ce que je publie habituellement et ne sera sans doute pas intéressant pour tout le monde. L’exposition, elle-même, n’est clairement pas au goût de tous. Le travail d’Iris van Herpen dérange et a quelque chose de grotesque mais reflète le parfait mariage de la haute couture avec la technologie d’aujourd’hui. Agée d’à peine 34 ans, van Herpen est devenue une pionnière dans le milieu en repoussant les limites de la création. Je suis repartie inspirée et avec l’envie de me replonger dans ce monde fascinant qu’est la mode.

If I were to use one word to describe my work, it would be movement.

— Iris van Herpen

* Inscris-toi à la newsletter de pretty naive en cliquant ici *