Mes Favoris Lifestyle | Janvier 2018

Bye bye January. J’avais hâte de pouvoir tourner la page sur le mois de janvier. Janvier est généralement synonyme de froid polaire au Canada et de blues: les fêtes sont finies, les vacances sont oubliées, on retourne au boulot et on s’acharne à tenir nos bonnes résolutions. La seule chose dont j’avais envie personnellement, c’est de m’enfermer dans ma chambre en pyjama, sous la couette en attendant patiemment que février pointe le bout de son nez. Il faut dire que 2018 n’a pas commencé comme je l’avais espéré. Ce fut la galère pour rentrer au Canada, retard dans les vols et compagnie. Ensuite à la mi-janvier, mon ordinateur décide de me lâcher. On prend une grande inspiration, on sourit, tout va bien. Je suis descendue de mon nuage californien avec un goût amer, le retour à la réalité m’a clairement fait mal.

Alors cet article arrive un peu en retard. Il était prévu pour mercredi dernier mais pour ceux qui ne me suivent pas sur Facebook & Twitter, long story short mon ordinateur est en réparation depuis plus de 3 semaines. Je ne vais pas m’étaler sur le sujet car ça me frustre au possible. J’avais pour espoir de le récupérer à temps pour l’article de mercredi mais non, le sort s’acharne sur moi. Du coup j’ai décidé de télécharger Lightroom sur mon mobile pour y éditer mes photos. Ce fut un peu plus laborieux mais au moins ça me permet de publier. Quoi qu’il en soit j’aime bien cette petite routine en mode rétrospective du mois qui vient de s’écouler et je ne pouvais pas juste passer à autre chose, vous comprenez?

Long Beach, Los Angeles 2017

Los Angeles

Los Angeles. Bon je triche un peu mais techniquement j’y étais du 22 décembre au 1er janvier donc on va dire que ça compte. J’y avais déjà mis les pieds à deux reprises mais toujours en coup de vent, un ou deux jours et j’étais restée sur ma faim. Cette fois-ci, j’ai eu la possibilité de me plonger dans la culture californienne en profitant du soleil, de la plage, de cette chill vibe 🤙 (je me suis éloignée le plus possible de la folie hollywoodienne). Je suis tombée sous le charme de la ville, des palmiers, des graffitis aux quatre coins de rues, de ses plages, de ses musées, de son architecture et bien évidemment de ses skateurs et surfeurs. Si vous n’avez pas eu l’occasion de voir mes articles sur le sujet, je les ai regroupés par > ici <.

Cela m’a fait également beaucoup de bien cette petite aventure en solo. J’allais à mon rythme, je faisais ce que je voulais quand je voulais, je n’avais pas à me soucier des autres, j’avais juste à me concentrer sur ma petite personne. Je dois vous avouer que ça fait du bien, d’être le centre de sa propre attention et je compte continuer dans cette lancée pour le reste de 2018. Be good to yourself because the longest relationship you will ever have in life is with yourself.

The Princess Diarist by Carrie Fisher

The Princess Diarist by Carrie Fisher

Pour ceux qui l’ignorent, je suis une grande fan de Star Wars. Bon pas au point de faire du cosplay, connaître les différents noms des créatures ou autres vaisseaux mais je me défends. J’avais découvert par hasard que Carrie Fisher avait sorti The Princess Diarist, une autobiographie basée sur ses journaux intimes tenus lors du tournage du premier Star Wars (Episode IV – A New Hope). Il était disponible à ma bibliothèque donc j’ai sauté sur l’occasion. J’ai aimé découvrir la plume de Carrie, très directe, elle n’a pas sa langue dans sa poche mais après tout étant la seule (ou presque) femme sur un plateau de tournage masculin, je pense qu’elle devait s’imposer. En tout cas on reconnait la femme de caractère qui se cache derrière elle ou son personnage la Princesse Leia. Je pense que l’une aura influencé l’autre et vice versa. Carrie Fisher revient sur les événements qui se sont déroulés il y a plus de 40 ans, elle n’avait alors que 19 ans et Star Wars était prédestiné à être un navet. Elle y raconte son affaire avec son partenaire à l’écran Harrison Ford. Affaire qu’il a toujours niée probablement car il était plus âgé, marié avec deux enfants à l’époque. Elle y partage aussi quelques pages de ses journaux intimes, un mix entre billet d’humeur, poème, anecdote, rêve…

J’ai littéralement dévoré ce livre. Avec un petit pincement au coeur sachant que Carrie Fisher est décédée en décembre dernier. J’ai aimé être transporté dans l’univers de Star Wars d’une manière différente qu’à travers les films ou autres produits dérivés, mais plutôt à travers les yeux de Carrie Fisher, jeune actrice de 19 ans devenue une icône. Je n’ai d’ailleurs pas pu résister à la tentation de revoir la première saga, qui selon moi (même si je voue un amour inconditionnel au trio Ewan McGregor, Hayden Christensen et Natalie Portman) reste la meilleure.

Be selfish but surround yourself

Alors bien que mon idée de rester enfermée chez moi du 1er au 31 janvier était plus qu’alléchante, j’étais contente de retrouver les copains et les copines. Etrangement, les gens étaient plutôt de passage à Los Angeles du coup après deux semaines en solo dans une ville inconnue, la solitude commençait un peu à peser. Ca m’a fait un bien fou de catch up, de pouvoir se raconter nos vacances autour d’une pizza, de quelques bières ou encore d’une soupe à l’oignion!

Winter Essential Mains à Croquer L'Occitane

Winter essential

Dans l’article sur mes favoris lifestyle de décembre, je vous avais présenté un de mes essentiels pour survivre l’hiver canadien: le baume universel à la menthe balm dotcom de glossier. Je ne pourrai littéralement plus m’en séparer et je redoute le moment où il sera complètement vide.

Mais on n’est pas là pour se répéter. Ce mois-ci, je vous présente un autre de mes essentiels pour parer l’hiver: la crème pour les mains Mains à Croquer au lait d’amande de l’Occitane en Provence. Je l’avais reçue en miniature dans un kit avec leurs produits à l’amande et je dois avouer que ce sont mes produits préférés de l’Occitane. Cette crème est tellement nourrissante, sent délicieusement bon et ne laisse pas vos mains toutes grasses. Vu qu’il s’agit d’une marque française, je me suis dit qu’elle allait me coûter la peau des fesses ici. Même pas. J’ai été agréablement surprise de voir que le tube de 30 ml est vendu au même prix en Europe et au Canada, à quelques centimes près à cause des taxes. Bon évidemment j’ai d’autres crèmes en backup (ma maman a l’art de croire qu’on n’a pas de crème pour les mains ici alors à chaque colis, elle en glisse une – oui maman si tu lis ceci, tu m’en as envoyé deux dans l’espace de trois colis) mais c’est bon à savoir. Car au fur et à mesure que je vide mes produits, je me crée une petite liste avec mes Saints Graals!

Backstory, written and directed by Joschka Laukeninks

Bon ce n’est pas vraiment un favori du mois mais je me devais de partager ceci avec vous. Je suis tombée par hasard sur le court-métrage Backstory de Joschka Laukeninks. La vidéo dure à peine 6 minutes et m’a coupé le souffle. Les plans sont très esthétiques, ce qui m’a tout de suite interpellé et j’ai beaucoup aimé la façon dont les images sont tournées, avec le protagoniste dos à la caméra. J’ai trouvé que cela donnait une impression de proximité comme si j’étais le héros de ce film. Je trouve que l’on s’identifie facilement à l’acteur car l’histoire est plutôt universelle. Je ne veux pas trop en dévoiler mais je vous conseiller de prendre 6 minutes de votre temps pour visionner le court-métrage. Moi il m’a foutu une petite claque!

Au final, le mois de janvier n’était pas si pire que ça. Il n’a pas commencé de manière idéale mais le principal est de relativiser. Le pire est derrière nous non? Enfin pas tout de suite mais bientôt je l’espère. J’ai énormément lu ce mois-ci et j’ai adoré ça. D’ailleurs je glisse des mini reviews sur mon compte Twitter si ça vous tente. Et vous, qu’avez-vous lu ce mois-ci? Quels sont vos favoris de janvier?

***

ne manquez jamais une publication de pretty-naive.com
facebook | twitter | instagram | pinterest | hellocoton