Why I stopped my bullet journal

Je voue une passion à la papèterie et aux fournitures de bureau en tout genre: carnets, stylos, feutres, post-it, masking tapes… J’ai probablement une dizaine de carnets vides qui traînent dans ma chambre. Que voulez-vous? Je n’arrive pas à résister à ces belles couvertures. Bon pour ma défense, j’utilise au moins 3 carnets à l’heure actuelle. Donc éventuellement, à un moment donné, les autres vont finalement me servir. Par contre j’avoue qu’en avoir 10 en rab ne m’empêche pas une seule seconde d’en acheter plus. The addiction is real. 

L’année dernière, en août 2016, je m’étais lancée dans l’aventure du bullet journal.

Comme beaucoup, j’avais été séduite par le côté personnalisable du bujo. J’ai toujours tenu un agenda. A chaque période de rentrée scolaire, école ou pas d’ailleurs, j’avais pour rituel d’en acheter un nouveau. Je suis ce genre de personne qui aime avoir une multitude de carnets sous la main. On peut dire que je suis une personne relativement organisée. J’adore faire des listes (to do list, liste de course, bucket list, wishlist en tout genre), j’adore noter mes pensées ou griffonner l’une ou l’autre idée sur papier. Et bien que j’ai probablement une vingtaine d’agendas à mon actif (bon je n’ai probablement pas commencé à tenir un agenda à l’âge de 7 ans mais un journal de classe oui, donc je suppose que ça compte), je n’ai jamais trouvé le Saint Graal en matière d’agenda. Du coup je me suis dit que le bujo serait la parfaite alternative. Je pourrai le personnaliser selon mes envies et mes besoins. Oui et non.

Le bujo c’est quelque chose de sérieux

Avant de m’y mettre vraiment, j’ai regardé beaucoup de vidéos sur le sujet, j’ai lu des articles, visité des milliers de comptes Instagram et j’ai même fait partie de deux groupes privés sur Facebook. Un en français, un en anglais. Le bujo, une nouvelle secte? Un peu oui. Les gens qui ne tiennent pas un bullet journal ne vous comprennent pas et vous ne les comprenez pas non plus. Comment peuvent-ils gérer leur vie sans bujo? Ils doivent être complètement perdu. Pas possible autrement. On nous vend un peu le bullet journal comme la solution idéale pour une vie parfaitement stable et organisée.

Le bujo vous permet de laisser libre court à votre imagination

Lorsque l’on se met au bullet journal, je pense qu’on a tous et toutes la même idée en tête: y faire de jolis petits dessins, personnaliser chaque page selon les saisons ou nos activités et limite en faire une oeuvre d’art. On s’essaie à différents feutres, crayons, surligneurs et pourquoi pas de l’aquarelle? Alors tout d’abord on se ruine avec tout ce beau matériel, nos tiroirs explosent, on a plus de place pour ranger tout ça et au final on se rend compte que notre talent artistique c’était juste dans notre tête. Je ne compte plus le nombre de pages que j’ai déchiré ou collé entre elles de frustration! Perfectionniste? Non, pas une seule seconde.

Le bujo c’est avoir tout concentré en un seul endroit

Alors ceux qui y arrivent, je leur tire mon chapeau. Ils ont probablement une organisation de fou ou peu de choses différentes à gérer dans leur vie. Comme je vous le disais plus haut, j’ai besoin d’avoir un carnet pour chacune de mes activités: vie professionnelle, vie perso, blog. Certaines personnes vont même jusqu’à avoir un bullet journal pour chacune de ces activités. Franchement? Respect. Ca me semble beaucoup trop d’entretien. Devoir créer de toute pièce ma page “mois” à chaque mois et ensuite mon semainier à chaque semaine, quelle prise de tête. Des fois j’étais en plein milieu de la semaine et je n’avais pas encore écrit quoi que ce soit dans mon bujo. Damn it! Je dois créer ma semaine! Bon j’avoue c’est sympa de se poser 5 minutes et prendre son temps pour soi et son bujo.

Le bujo est personnalisable à l’infini

Je suis quelqu’un qui se lasse assez vite donc ce côté personnalisable m’a séduit. Par contre il m’a fallu 7 mois pour trouver un semainier qui me convenait. La page “mois” ne me plait toujours pas après 12 mois de bullet journal. Une fois que j’ai trouvé un layout de semainier qui me convenait, j’ai tenté d’autres écritures, d’autres couleurs histoire de changer de temps en temps pour ne pas me lasser, mais non, ça ne me plaisait plus trop. Le bujo devenait plus une tâche pénible que quelque chose que j’avais hâte de faire.

Le bujo a perdu l’essence même du bujo

Si vous regardez la première vidéo d’explication du bullet journal, ce carnet a pour but de oui vous aidez dans votre organisation mais c’est également quelque chose de très minimaliste avec quelques codes par-ci par-là et très peu de couleurs. Le matériel se limite à un carnet dont les pages sont quadrillées mais avec des points et un feutre noir. Bim! Pas besoin de plus. Faites un tour sur Pinterest et vous vous rendrez compte que ce temps est révolu. Certains bujos mériteraient clairement d’être encadrés. Et les gens inventent tellement de nouvelles choses à “tracker” dans leur bujo, qu’on perd complètement le fil.

Le bullet journal m’a néanmoins permis de découvrir mes besoins.

J’aime bien avoir une page pour chaque mois sous forme de case et non pas sous forme de liste. J’aime avoir un semainier assez aérien car j’ai une grande écriture. J’aime également avoir une page libre dans laquelle je peux inscrire mes “memories” pour me souvenir des choses positives qui se sont passées ce mois (ça fait un bien de fou de relire cette page). Au collège, j’aimais avoir une page dédiée à mes notes afin de suivre mes résultats. Puis éventuellement un tracker d’habitude. Je n’ai jamais suivi mes activités sous forme de tracker mais je dois avouer que c’est intéressant. Pour vous donner une idée, j’y track ma consommation de thé, de café, de viande, mes activités physiques, ma prise de vitamines, quand j’arrose telle ou telle plante (plutôt utile quand on n’a pas la main verte), quand je me badigeonne de crème hydratante ou encore quand je me fais un masque pour le visage (je suis très mauvaise pour prendre soin de ma peau). Par contre je ne track pas mon budget ni mes séries. J’utilise des applications pour ça (j’en parle plus dans l’article I’m a nerd si ça vous dit) car je n’aime pas les choses qui se répètent.

Au fil des mois, je me suis donc rendue compte que tenir un bullet journal ne me convenait pas. J’ai besoin de structure, de pages toutes faites dans lesquelles je peux planifier mes activités 6 mois à l’avance et non me dire “mmm espérons que je me souviens d’inscrire cette activité au prochain mois” ou “gosh où est-ce que j’ai noté ça?”. J’ai aussi besoin de quelque chose qui ne soit pas contraignant. Je pense qu’on subit assez de pressions et littéralement la quête de perfection de mon bullet journal en était une. Je voyais toutes ces personnes avec un bujo tellement joli et le mien si minable à côté. Argh.

Après 12 mois de bullet journal, je suis retournée à l’agenda classique. J’ai opté pour le 17M PLANNER WTF PINK d’Hadron Epoch. Il est beau, il y a assez de place, chaque mois commence même par une page “goals” et à la fin on a quelques pages lignées et quadrillées. J’utilise d’ailleurs les pages quadrillées pour pour tracker mensuel. Et j’aime que celui-ci se trouve à la fin de mon agenda. C’est tellement plus facile d’accès. Je ne dis pas que c’est le Saint Graal mais il est plutôt pas mal!

***

Et vous? Vous bujottez ou pas? Si oui, vous y inscrivez quoi?
Si pas, avez-vous trouvé the perfect agenda?