You cannot always be happy

Récemment je passais un entretien d’embauche et lors de l’interview, on m’a demandé comment je me définis et comment mon entourage me perçoit. J’ai répondu que je suis une personne heureuse, souriante et positive. Je suis toujours de bonne humeur. D’ailleurs mon entourage me voit comme ça et j’aime qu’ils aient cette image de moi.

Pourtant il y a des moments où moi aussi j’ai un coup de mou, où j’ai l’impression que mon monde s’écroule, où j’ai un nuage de négativité qui se balade au dessus de ma tête! Peu de personne le remarque. Car je n’aime pas que mes préoccupations interfèrent avec les autres. J’aime garder ça pour moi-même, séparer mes problèmes de mes interactions avec mes amis, ma famille ou mes collègues.

Du coup pour sortir cette négativité de mon esprit, j’essaie de me focaliser sur le positif, sur mes accomplissements actuels et aussi sur les petites choses qui me rendent heureuse.

You cannot always be happy

Trouver la parfaite paire de jeans qui me fait un joli petit cul et du coup la prendre en deux tons !

Porter une tenue dans laquelle je me sens bien. La tenue se doit d’être belle oui mais surtout être confortable. Et s’il faut je la remets le jour d’après, le jour d’après et le jour d’après juste en changeant mon t-shirt ou la couleur de mon pantalon promis!

Recréer des recettes pour avoir une version plus saine sous la dent. C’est si facile d’acheter une poutine toute faite (surtout avec Smoke’s Poutinerie à deux pas de chez moi) mais tellement mieux de revisiter la recette avec une patate douce, une sauce maison, quelques légumes en plus et surtout du fromage allégé car les curds sont super bons mais super caloriques.

S’offrir une petite bière ou un verre de vin comme ca, seule, sans aucune occasion précise si ce n’est que se faire plaisir. On se coupe de tout, on s’assied et on sirote paisiblement. A cet instant, il n’y a que votre verre et vous qui comptez, le reste on s’en fou!

Chercher des nouvelles musiques. J’adore arpenter Spotify à la recherche de nouveaux artistes et me créer des petites playlists. D’ailleurs j’en ai posté une nouvelle si jamais ça vous dit, c’est par ici!

Ecrire que ce soit pour le blog ou non. Personnellement je trouve que l’écriture est un moyen génial pour vider son sac et si par la suite je peux en faire un article pour le blog, c’est d’autant plus satisfaisant.

Prendre des photos. Je pense que vous l’avez compris dans mon article I’m a photographer… on Instagram, j’adore prendre des photos. J’exalte (littéralement) quand je reproduis sur photo ce que j’avais dans mon esprit.

Profiter de la météo. Dés qu’il y a un petit rayon de soleil, j’en profite pour partir à la découverte de Toronto. Cette ville a tellement de potentiel, j’ai l’impression que je ne la connaitrais jamais à 100% puis surtout je déteste rester enfermée chez moi lorsqu’il fait beau!

Prendre soin de soi. Je ne le répèterai jamais assez mais prenez soin de vous. On a qu’un seul corps, on a qu’une seule vie donc Pamper Yourself Girl!

Humer l’odeur que la pluie a laissé sur le sol quand il fait chaud. J’adore ça sent l’été.

Faire une sieste. Vous ne pouvez pas imaginer les pouvoir d’une petite sieste.

Parler à la copine qui est toujours de bonne humeur, souriante et positive pour lui voler un peu de sa positive attitude.

Me foutre une petite claque et me rappeler de mon parcours. J’ai un parcours peu traditionnel. J’ai 27 ans et je n’ai pas trouvé de job à la fin de mes études, je ne suis pas mariée, je n’ai aucun bien immobilier et certainement pas un bébé en prévision. Pourtant j’en ai fait des choses. J’habite au *** de Canada. J’ai traversé l’Océan Atlantique ce qui équivaut à 6057 kilomètres et 10 heures de vol. J’ai trouvé un premier appartement en 3 semaines, un second appartement en 2 semaines et un 3ème appartement en 1 semaine, j’ai aussi signé 2 contrats à durée indéterminée et j’ai repris des études à l’âge de 26 ans! J’ai tendance à l’oublier mais mon parcours me rend fière.

Il faut apprendre à lâcher du lest de temps en temps. On subit toutes et tous une pression énorme à cause de la société dans laquelle on vit, à cause du boulot, à cause des cours, de notre entourage et surtout à cause de nous même. Mais personne n’est parfait et on a tendance à l’oublier beaucoup trop souvent. Et si on ne prend pas le temps de se faire une petite tape sur l’épaule de temps en temps pour s’auto-féliciter, on risque le break down. Ca ne m’arrive pas souvent mais une fois que mon monde s’écroule, je tombe de haut. Il nous manque à tous quelque chose, que ce soit l’amour, des amis, l’accomplissement de soi… Notre vie se façonne au jour le jour. Personne ne possède une vie parfaite, personne ne réussit dans tout ce qu’il/elle entreprend. Alors pour éviter tout “break down”, j’ai décidé de me récompenser de temps en temps et de me focaliser sur le positif car je sais qu’au final tout ira bien. C’est juste une question de temps comme toujours 😊