A millennial reflection about technology

Génération Y ou millénials, nés entre la moitié des années 80 et la fin des années 2000, nous sommes les petits chouchous des marketers. J’aime expliquer que mon intérêt pour Harry Potter est dû au fait que j’ai commencé le secondaire en même temps que lui rentrait à Poudlard. Eh bien il en est de même pour la technologie. Nous ne sommes pas nés en plein dedans comme la génération actuelle mais nous avons évolué main dans la main et je pense que c’est ce qui rend notre connexion à celle-ci encore plus forte!

Quand j’ai eu 5 ans, nous avons eu notre propre ordinateur familial à la maison avec Windows 95. Une antiquité aujourd’hui mais une vraie innovation à l’époque. Le truc était énorme et pesait une tonne. J’ai évolué une gameboy à la main (mais heureusement un livre dans l’autre). Puis à l’âge de 9 ans, j’ai eu mon premier téléphone portable: un Panasonic G450. J’étais une des rares à l’école à avoir mon propre gsm. Il faut dire que mes parents venaient de divorcer donc c’était plus ‘convenient’ pour moi de rester en contact avec l’un ou l’autre lors de la garde alternée. Ensuite il y a eu l’arrivée d’Internet. Je me souviens encore notre école avait accommodé une salle informatique avec les beaux colorés iMac G3. Mon préféré était bien évidemment le turquoise ♥ c’était ça être hype. Même si le mot n’existait pas à l’époque.

Lorsqu’on achetait un nouveau modèle d’ordinateur ou de téléphone, c’était parce que celui qu’on possédait ne fonctionnait plus. Littéralement plus. On avait beau tout faire pour réparer la chose, non, dead. Maintenant c’est une tout autre chose. Tous les 6 mois, Apple sort un nouvel iPhone et nous nous ruons dessus comme si notre vie en dépendait. Même si la définition du millénial dépend un peu d’où vous évoluez dans le monde, être à la pointe de la technologie est probablement notre caractéristique commune. Cela devient limite une nécessité! 

Je reste ébahi devant l’histoire de la technologie. Lorsqu’on regarde d’où nous venons, nous, petits homos sapiens, il y a clairement de quoi être fier face à notre parcours, face au progrès. On est bien loin des chasseurs/cueilleurs d’antan. Ce qui a ses avantages bien évidemment. Internet nous permet d’interagir avec des personnes à des milliers de kilomètres de nous et ce, en un instant. C’est clairement fascinant. Internet m’a permis de créer des amitiés plus fortes que celles que j’ai dans la vraie vie. Et le plus beau est quand ces amitiés se matérialisent physiquement. Mais vous vous doutez aujourd’hui mon article n’a pas pour but de conter mon amour pour la technologie. C’est plutôt une réflexion honnête sur son impact sur les relations humaines. La technologie possède quelques désavantages. Et bien évidemment, je vais vous en parler à travers la technologie, elle-même. Sinon ce n’est pas marrant!

Je disais plus haut que la Génération Y a grandi main dans la main avec la technologie. Ce qui fait qu’on a pu s’en détacher de temps en temps. On a continué à jouer dehors, à construire des cabanes dans les bois, à faire des barrages dans les rivières (oui j’étais scout haha), à faire du vélo. En discutant avec quelques personnes plus jeunes que moi, je me rends compte qu’ils ne savent même pas rouler à vélo. Car leur enfance était partagée entre l’ordinateur et la Playstation. Aujourd’hui, les jeunes ne se retrouvent plus dehors pour “aller jouer”, ils discutent par Snapchat interposé. Ils deviennent des vampires, craignant les vraies interactions humaines du monde extérieur. Il faut dire qu’Internet nous permet de tout faire depuis le confort de son canapé: discuter avec nos amis, assister à une conférence grâce au fonction “Live” des différents réseaux sociaux, magasiner, regarder les derniers films sortis il y a à peine 1 mois, faire ses courses, se faire livrer tel ou tel repas… marcher devient une vraie corvée n’est-ce pas? Et si vous venez à sortir de chez vous pour vous rendre quelque part, vous pouvez même commander un Uber qui vous emmènera d’un point A à un point B en quelques clics sur votre smartphone. De temps en temps, j’ai vraiment l’impression qu’on va vers un futur sensiblement semblable au film Her. Surtout depuis que j’ai lu un article expliquant que plusieurs personnes essaient d’avoir une relation sexuelle avec Siri ou Alexa. Hum.

Nos relations humaines sont donc réduites au minimum. Et puis comme si cela n’était pas suffisant, la technologie gâche voir détruit carrément nos relations. Aujourd’hui, de la même façon que les jeunes surpassent la technologie, nous nous lassons des gens qui nous entourent. Dans nos relations, une fois que nous nous retrouvons face à un obstacle qui fait que l’on devrait se remettre en question, travailler, faire des efforts, nous baissons trop facilement les bras. Après tout, pourquoi s’investir dans une personne si cela est trop demandant? Alors qu’au final, on pourrait tout simplement mettre fin à cette relation et essayer avec quelqu’un d’autre. Qui sait? Ca marchera peut-être du premier coup? Votre iPhone a un petit soucis technique, rendez-vous chez Appel! Au lieu de vous le réparer sur place, ils vous l’échangeront pour un nouveau. Les individus deviennent interchangeables comme les appareils électroniques. Il suffit de faire une petite mise à jour et de se mettre en quête de Thomas ou Marie 2.0.

C’est l’image que j’ai des relations humaines dans la société actuelle. Et je trouvais qu’elle était parfaitement représentée par la photo de cet article. Il s’agit d’une photo que j’ai pris en janvier à Charleroi, en Belgique. Acheter, ah je t’ai, à jeter, acheter. C’est un cycle en répétition qui traduit bien la société de consommation (matérielle et humaine) dans laquelle nous évoluons.

Qu’en pensez-vous?