Don’t watch a movie before reading the book

Je me suis toujours donnée pour règle de ne jamais regarder un film avant d’avoir lu le roman dont il est tiré. J’aime pouvoir m’imaginer moi même les personnages, leurs voix, leurs personnalités. Depuis petite j’ai toujours eu une imagination débordante. C’est pourquoi j’adore lire. Mon imagination a la possibilité carburer à pleine puissance.

Ne vous méprenez pas j’aime beaucoup regarder les adaptations cinématographiques de ces romans que j’ai dévoré page après page. J’aime voir si les producteurs ont imaginé les mêmes choses que moi, si les acteurs ou les costumes ou les lieux ressemblent à ceux dans ma tête. Et bien évidemment, j’aime vérifier que l’authenticité du bouquin se retrouve en images. J’aime tout particulièrement commencer une saga et suivre son évolution sur le grand écran. J’avais adoré découvrir les acteurs qui jouent dans Harry Potter ou Hunger Games pour ensuite les imaginer au fil des pages dans les tomes suivants. Je dois dire que pour le coup qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre, le casting était plutôt réussi! A quelques exceptions près. Je pense à Victor Krum dans Harry Potter qui si je ne me trompe était décrit comme charmant et ténébreux, et de mon côté l’acteur ne m’a pas vraiment satisfait. Mais c’est peut-être car j’étais tombé sous le charme du personnage dans The Goblet of Fire.

Malheureusement avec The Girl on the Train, les choses ont été un peu différente. A la base je ne comprenais pas tout cet engouement pour ce thriller psychologique. J’avais vu Gone Girl quelques temps avant la sortie du livre et je pensais que l’histoire était trop semblable. Mmh c’est dans la même lignée mais pas tout à fait…

La vie de Rachel bascule du tout au tout lorsque son mari Tom la quitte pour Anna, enceinte de leur fille Evie. Rachel ne pouvait pas avoir d’enfant, ce qui l’a fait sombrer dans l’alcoolisme et ce qui a amené à son divorce. Depuis celui-ci, Rachel vit avec son amie Cathy et prend le train direction Londres matin et soir, prétendant de se rendre au travail alors qu’elle a été licenciée. A travers les vitres du train, elle fantasme sur la vie des gens qu’elle observe dans la rue, dans leur maison, dans leur jardin. Et tout particulièrement sur la vie parfaite de Megan et Scott. Quoi que pas si parfaite que ça vu qu’un jour Megan disparait.

Le plot est intéressant oui mais ça ne m’a pas attiré plus que ça. Tout le monde en disait du bien pourtant. Puis on a proposé de me le prêter et je me suis faite à l’idée que j’allais le lire. Donc je l’ai mis dans ma liste “Want to Read” sur Goodreads. Sauf… qu’on ne me l’a jamais prêté. Longue histoire. Bref. Je pense qu’intérieurement ça m’a embêté. C’est stupide mais je l’avais mis dans ma liste!! Puis le trailer de l’adaptation est sorti et m’a plus que convaincue, je me devais de lire ce fichu bouquin afin la sortie officielle au Canada (le 7 octobre 2016). J’ai cru que j’aurai pleinement le temps de le lire. Quelle naïve j’étais. J’ai fini par aller au cinéma le 23 octobre et j’ai littéralement adoré!

Nous sommes au mois de mars et j’ai finalement décidé de lire The Girl on the Train. J’aime énormément. La tension est palpable. Une fois que je me mets à lire quelques lignes, il m’est vraiment difficile de lâcher ma tablette. Je dois même vous avouer que je suis déçue que ma station pour aller en cours soit le terminus car je pourrai rester des heures dans les wagons rien que pour continuer à dévorer chapitre après chapitre. Qui plus est je trouve que ça ajoute une authenticité à l’histoire de lire ce thriller dans les transports en commun. Je vous conseille! J’aime déjà m’imaginer le quotidien des personnes qui m’entourent dans le bus ou le métro mais là encore plus.

Donc film génial, livre génial. Vous vous dites mais de quoi tu te plains? Je regrette tellement d’avoir vu le film avant d’avoir lu l’histoire. Tout est chamboulé dans mon esprit. Déjà l’histoire originale se déroule en Angleterre et dans le film, nous sommes à New York. Ca me trouble tellement. Certains éléments ne se déroulent pas dans le même ordre ou n’existaient pas dans le film et ils me semblent tellement cruciaux à l’enquête. C’est étrange comme ça me dérange moins dans le sens inverse. Quand je lis un livre et puis découvre que certaines pages ont été supprimées pour alléger l’adaptation en scènes “superflues” (bon pas toujours si superflues que ça), je me dis que c’est pas grave car au final j’ai eu droit à ces éléments là lors de ma lecture. Mais maintenant, j’ai l’impression qu’on se joue de moi.

Autre chose, dés le début du film j’avais assez bien décelé qui était coupable dans toute cette histoire. Au fur et à mesure de ma lecture, je suis déçue car je sens que j’aurai été prise par chaque ligne si seulement je ne connaissais pas déjà la fin. Lorsque vous lisez un roman, connaissez la fin et découvrez l’adaption sur grand écran, je trouve que ce n’est pas la même chose. Car ce qui vous importe au final c’est l’adaptation et non plus l’intrigue. Ici j’ai l’impression qu’on m’a enlevé ça. J’en suis même triste. Je n’ai pas encore fini the Girl on the Train, je continue à le lire car j’ai vraiment envie de savoir comment ils ont mis en scène la fin dans le livre. Celle dans le film m’avait un peu étonnée. Même si je connaissais qui, je ne savais pas toute l’histoire autour. C’est difficile de s’exprimer assez sans trop en dévoiler mais je pense que ceux qui l’ont vu/lu savent de quoi je parle.

Donc si vous ne l’avez pas encore vu, ne vous jetez pas sur votre site de streaming, donnez une chance au bouquin avant. Sinon comme moi vous serez déçu(e). Puis quoi de mieux qu’un roman qui vous coupe le souffle durant plusieurs jours que deux petites heures de votre vie à regarder un film?!? 😏