Girl Online, Going Offline xxx

Lorsque Zoe Sugg (Zoella au cas où vous ne voyez pas mais j’ai de grands doutes) a sorti son livre je pensais qu’il s’agissait d’un livre sur la beauté, le maquillage et compagnie. Je me suis dit encooore. Vu qu’elle avait sorti sa propre ligne de produits de beauté, ça me semblait aller de soi qu’elle sorte un bouquin sur la même thématique. Eh bien non Girl Online est un roman. Et il est plutôt prometteur. Par curiosité je l’ai téléchargé sur ma Kindle avant de venir au Canada. Je l’ai complètement oublié. Et il y a une semaine, je l’ai dévoré sur le chemin du boulot ou de la maison. Le style de Zoe est très léger, agréable. Ce livre se lit tout seul. Je me suis même surprise à avoir du mal à m’arrêter tellement je voulais en savoir plus, savoir ce qui allait arriver aux protagonistes.
 
Revenons sur l’histoire. Penny est une jeune lycéenne. Elle a les cheveux roux auburn, des tâches de rousseur, elle n’est ni belle ni laide. Elle est plutôt discrète et timide. C’est la fille normale par excellence. Un jour elle décide de créer un blog qu’elle garde anonyme “Girl Online” pour se changer les idées, pour partager ses émotions, ses questions. Petit à petit son audience s’accroit. Elle se crée un petit groupe de lectrices fidèles qui s’identifient à elle, à ses gaffes, à ses articles. Cette petite communauté devient très vite chère aux yeux de Penny. Car sur la toile, elle peut être elle-même sans avoir peur du jugement des autres, sans la pression de l’adolescence. Un jour, lors d’une représentation théâtrale, elle monte sur scène pour prendre une photo de la troupe. Et trébuche sur son lacet. Se retrouvant à quatre pattes sur la scène devant 300 personnes, la jupe soulevée, arborant sa “vieille” culotte mon petit poney. Comme si l’humiliation qu’elle venait de subir n’était pas suffisante, “sa meilleure amie publie” la vidéo du spectacle sur Facebook. Vidéo qui se retrouve très vite sur Youtube bien évidemment. S’en est bien trop pour Penny. Elle étouffe, elle ne sait plus quoi faire, elle panique, c’est la crise de nerf, elle s’évanouit. Depuis un accident de voiture, Penny souffre de petites crises de panique. Et cette vidéo est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Heureusement pour elle, elle va pouvoir s’échapper le temps d’une escapade new yorkaise où sa mère organise un mariage. C’est aussi à New York, qu’elle rencontre Brooklyn Boy

Girl Online est partagé entre deux thématiques. L’anxiété et le cyber-bullying. Ce livre n’est pas auto-biographique mais je pense qu’il s’inspire énormément de la propre expérience de Zoe.

L’anxiété est la nouvelle maladie “à la mode”. Je ne dis pas ça pour critiquer loin de là, mais j’ai l’impression que tout le monde en souffre à un moment donné de sa vie. D’ailleurs beaucoup de Youtubers ou Bloggers, en ont souffert avant de se lancer sur la toile. J’ai connu ça il y a longtemps et un peu plus récemment. Découvrir que d’autres personnes que vous ressentent la même chose, ça a un côté apaisant vous ne trouvez pas? Je pense que c’est pour ça que les blogs fonctionnent si bien. Pouvoir s’identifier à quelqu’un, recevoir des conseils “gratuits” ou encore se dire qu’on est pas seul ça fait un bien fou!

Ensuite il y a l’exposition sur Internet. Celle-ci semble tellement simple et anodine. Mais une fois sur la toile, les critiques peuvent être assez lourdes si ce n’est pire. Car justement de l’autre côté du clavier, tout le monde se sent plus fort. La critique est d’autant plus facile. Même si on se croit protéger, au fond de soi ça fait mal de le lire noir sur blanc. Et ça peut très vite s’amplifier jusqu’à atteindre des proportions inimaginables comme pour Penny par exemple. Son but en créant Girl Online était de pouvoir s’exprimer de manière anonyme. Et en l’espace d’un instant, sa vie privée s’est retrouvée dévoiler sur le web. De quoi raviver les crises de panique en un clic.

J’ai aimé lire la façon dont Zoe arbore ces deux sujets. Pas de mot d’expert, pas de théorie superflue mais des choses réelles. Le livre raconte bien évidemment la vie de Penny mais contient également les articles de Girl Online. A travers ses mots, je dois avouer qu’on retrouve du Zoella. On retrouve sa joie de vivre, sa simplicité, sa maladresse, sa proximité avec les lecteurs. Puis histoire d’en rajouter une couche, l’histoire d’amour entre Girl Online et Brooklyn Boy possède un petit côté If I Stay ou The Fault In Our Stars 🙂

Hâte de lire le second tome !