BRAIN MAPS (It’s Kind Of A Funny Story)

J’ai embarqué It’s Kind Of A Funny Story sans même lire une ligne du résumé. Ned Vizzini m’était complètement inconnu. Mais la couverture m’a tout de suite tapé dans l’oeil. Je ne sais pas. Elle a quelque chose d’interpellant et m’a fait penser aux flux d’information qui circulent dans notre cerveau. Je ne me doutais pas une seule seconde être proche de la vérité !
Au début, j’ai eu un peu de mal à accrocher avec l’histoire, avec les personnages. On ne comprend pas très bien. Qui ? Quoi ? Quand ? Pourquoi ? Mais vu que les faits se déroulent à New York ça m’a suffit à poursuivre ma lecture (nostalgie de mes vacances sans doute).
Craig Gilner a décidé de mettre toutes les chances de son côté en réussissant le test d’entrée d’une prestigieuse école. Son but ? Réussir dans la vie : avoir un bon boulot, une grande maison, une femme, des enfants, un Golden Retriever. C’est imagé mais c’est ça. Pourtant il n’avait pas pris en compte la masse de travail qui lui serait demandée chaque jour et surtout que son cerveau viendrait tout foutre en l’air. Tandis que ses ancres disparaissent, ses tentacules l’entrainent vers le bas, le poussant peu à peu à faire le grand saut au sens littéral du mot. Il se rend à l’hôpital et restera 5 jours dans l’aile psychiatrique de celui-ci. Craig y rencontre des gens rongés par leurs anxiétés. Personne n’est pire ou mieux que lui, chacun possède ses propres démons. Mais il doit se donner une chance d’être heureux à nouveau.
Ned Vizzini a réussi à ce que je m’identifie à un personnage masculin (quoi que ici le sexe n’a pas de réelle importance). Je ne le laisse pas vraiment transparaître mais je suis une boule de nerfs remplie d’anxiétés par rapport à mon futur. Je ne sais pas ce que je veux, je ne sais pas où je vais et cela me déprime. Il aura fallu 5 jours à Craig pour trouver sa voie. Tout ne sera pas toujours parfait mais il sait où il va. La mienne me semble des fois cachée à des milliers de kilomètres ahaha
Ce livre m’a particulièrement touché car c’est une histoire avec laquelle je peux faire le lien. Une fois terminé, on a l’impression d’avoir aboutit à une certaine victoire en accompagnant les personnages.
On est tous rempli d’anxiété. La peur de l’échec professionnel, de l’échec amoureux, de ne pas être parfait physiquement parlant (merci les dictats de la mode) mais aussi mentalement parlant. On ne sera jamais assez bien pour les autres alors qu’on oublie que la seule personne à qui on doit réellement plaire c’est nous même.
It’s Kind Of A Funny Story est vraiment prenant et terrifiant avec quelque chose de rassurant à la fois.
Il existe une version cinématographique sortie en 2010. Avec Emma Roberts (clairement une de mes actrices préférées) dans le rôle de Noëlle, une patiente de l’aile psychiatrique de l’hôpital, qui ne laissera pas indifférent Craig 😉 Le livre n’a rien de triste mais le film a l’air définitivement plus marrant (même un peu différent — )!