live music junkie 2017 (2)

Vous me connaissez, je voue un amour inconditionnel pour la musique. Il ne se passe littéralement pas une journée sans que j’écoute mes bands préférés ou découvre de nouveaux sons. Mon kiff ultime est de voir ces artistes en concert, de découvrir leur univers live qui des fois est un peu différent de ce que l’on peut entendre sur l’album. En juillet dernier, fraichement sortie du concert de Gorillaz, je publiais un article Live Music Junkie regroupant mes meilleurs concerts du premier semestre de 2017. 2017 étant du passé, il est temps de revenir sur les concerts de juillet à décembre!

Washed Out, August 26, the Danforth Music Hall

Washed Out, August 26, the Danforth Music Hall

Washed Out est un groupe que j’associe assez souvent à Wild Nothing. Le style est sensiblement différent mais ils ont une dynamique similaire: un petit génie de la musique proposant perle après perle. Derrière le nom Washed Out: Ernest Weatherly Greene Jr. et un son chillwave, electropop, dream pop. En gros tout ce que j’aime. Son dernier album, Paracosm, était sorti en 2013 et depuis, plus rien, silence radio. Jusque juin 2017, pour mon plus grand plaisir, Ernest revenait avec Mister Mellow. On y sent clairement la maturité, les chansons sont moins “fleur bleue”, le son est plus électronique et dansant. A la première écoute, j’ai eu des doutes. Puis je me suis fait un petit binge listening (binge watching donc pourquoi pas binge listening) et j’étais conquise.

A la seconde même où j’ai découvert que Washed Out venait en concert à Toronto, j’ai filé sur Ticketmaster et je me suis achetée une place. Le concert était sold out et dés les premières notes, j’étais en amour. Ils ont joué beaucoup de sons de Mister Mellow mais ont également interprété des anciens morceaux, réadaptés afin qu’ils coincident avec l’univers du nouvel album. Mention spéciale pour les visuels. J’aime tout particulièrement quand les artistes possèdent des vrais visuels pas juste un drapeau en background avec le nom du groupe. Mister Mellow a un côté déjanté et les animations étaient dans cet esprit complètement psychédéliques comprenant des collages, des effets d’optique plutôt fou, des dessins divers.

Beach Fossils, October 14, Lee's Palace

Beach Fossils, October 14, Lee’s Palace

2016 était une année de grand cru en matière de nouveaux albums. 2017 également. Amenant certains de mes groupes préférés à passer par Toronto. Dans le tas, je pense bien évidemment à Beach Fossils. Beach Fossils c’est une autre petite pépite issue de mon label préféré Captured Tracks. Tout comme Washed Out, ils n’avaient rien sorti depuis 2013. Guys, what is your problem with 2013? En 2017, ils sortaient Somersault et annonçaient une date à Toronto: le 14 octobre. Le jour de mon anniversaire. Je ne pouvais pas rêver mieux! Même chose que pour le précédent groupe, j’ai acheté mon billet dans la minute qui suivait la nouvelle. Somersault possède un son plus net que les précédents opus mais aussi plus doux, plus dreamy, plus shoegaze voir bedroom pop. Néanmoins live, on leur retrouvait un son plus rock, similaire à ce qu’on leur connait d’habitude. C’était la cerise sur mon gâteau d’anniversaire!

Fazerdaze, November 7, the Garrison

Fazerdaze, November 7, the Garrison

Il est rare que j’aime un groupe avec pour lead singer, une voix féminine. Je n’accroche tout simplement pas. Bien évidemment il y a des exceptions comme the Distillers ou Computer Magic. Puis il a des petits bands comme Fazerdaze. Créé de toute pièce par une seule et unique personne, Amelia Murray, une néo-zélandaise à la voix envoutante. Son univers est très dreamy avec néanmoins quelques notes d’électro dues à une boite à son. Sur scène, on la retrouve avec un guitariste/pianiste, un bassiste et un batteur. Un groupe monté de toute pièce. Ils ne se connaissaient que depuis 3 mois au moment du concert mais on sentait qu’il y avait une vraie alchimie entre les musiciens et Amelia. Ce qui la rend différente des autres chanteuses, est qu’elle a une voix un peu plus “rauque” tout en restant très féminine, l’aidant à passer des notes plus aiguës à d’autres plus graves. Un vrai plaisir pour les oreilles. Le show était assez émotionnel car il s’agissait de leur premier en Amérique du Nord et on sentait Amelia clairement intimidée par la foule mais ça la rendue encore plus incroyable. Le public était sous son charme!

The Drums, November 11, the Mod Club

The Drums, November 11, the Mod Club

Et dire que j’ai failli ne pas assister au concert de The Drums. Les New Yorkais m’avaient conquis en 2010 avec Let’s Go Surfing mais je n’avais pas accroché au nouvel album Abysmal Thoughts. Jusqu’à ce que je lui donne une seconde chance. Il est passé en boucle et en boucle dans mes oreilles. Le show (sold out!) se déroulait le 11 novembre, au Mod Club, à 10 minutes à pieds de chez moi. Qui dit mieux? Et je me suis pris une petite claque. J’ai tout particulièrement adoré la performance de Jonny Pierce, le chanteur. Il n’a pas arrêté de danser en secouant les bras et les jambes dans tous les sens. C’est assez difficile à décrire sans le son du coup je vous conseillerai de relire mes derniers mots avec la chanson Days en fond sonore. Il a clairement mis l’ambiance. Je ne pense pas avoir vu les canadiens autant danser que lors de ce concert.

Ils ont arrêté de jouer après une heure. J’étais un peu sous le choc mais quelque part ça ne m’étonnait pas. Beaucoup de bands se limitent à une heure de show ces derniers temps. La foule a probablement demander le “encore” pendant 5 minutes qui donnaient l’impression d’être interminables. Ensuite ils sont revenus pour 45 bonnes minutes. J’étais comblée car sinon je serais clairement restée sur ma faim. A la fin du show, Jonny Pierce va glisser un mot au reste du band. Ils ont été conquis par Toronto et nous ont ajouté une petite chanson en bonus ♥

Wavves, November 13, Danforth Music Hall

Wavves, November 13, Danforth Music Hall

Oh well another surf rock band. Les gars de Wavves viennent de San Diego et ont un son très californien. On a l’impression d’être transporté sur les plages du Golden State, de faire un barbecue avec ses potes et d’avoir quelques-uns d’entre eux qui sortent leur matos pour faire danser le reste du groupe. Ils ouvraient pour Joyce Manor mais pour tout vous dire il y avait bien plus de monde pour eux que pour la tête d’affiche. Plusieurs personnes étaient déçues par leur dernier album You’re Welcome sorti en mai 2017. Oui leur son est plus surf rock qu’alternatif comme on leur connaissait avec No Hope Kids. Personnellement je pense qu’il y a un genre de progression, de maturité dans leur nouvel album, qui ne me dérange pas du tout. Puis il faut dire qu’ils ont une énergie de fou en live. Même leurs nouveaux morceaux sonnent plus noisy sur scène. Et vu le nombre de crowd surfing, je pense que le public était conquis!

Vundabar, Dec 8 Smiling Buddha

Vundabar, December 9, Smiling Buddha

Comment terminer parfaitement l’année 2017? Avec le meilleur show de l’année bien sûr. Vundabar est un trio venant de Boston que je devais voir en avril mais le chanteur étant malade ils ont annulé leur show à Toronto. Etrangement le show de Montréal le lendemain était maintenu. Ca m’est resté un peu en travers de la gorge mais heureusement ils sont revenus. Dès que j’ai su qu’ils venaient j’ai acheté mon billet, un peu comme la plupart des shows que je vous présente dans cet article. J’ai un peu du mal à décrire leur style, tantôt surf rock, garage, psyche avec quelques notes rockabilly. Donc j’utiliserai leur bio sur Facebook Sludgy Jangly Pop et vous l’interprétez un peu à votre sauce. J’adore la voix si particulière du chanteur, beaucoup de leurs chansons n’ont pas de parole et sont plutôt composées de “la la la” donc c’est assez facile. Tout le monde dansait, chantait. Le show était génial. Mais vous vous en doutez vu que je viens de vous dire que c’était le meilleur de 2017. Le petit plus était certainement le band en soi. Ils interagissent avec la foule et ont un humour complètement loufoque. Une heure de concert c’était bien trop peu. Heureusement ils sortent très bientôt un nouvel album (leur nouveau single Diver 👌) et reviendront en avril à Toronto au Hard Luck Bar. J’y serai, c’est sûr!

***

Voilà ce qui conclus le cru de live shows de 2017. Néanmoins je tenais à mentionner Yumi Zouma avec la belle Christie Simpson, Grizzly Bear que j’ai vu gratuitement en front row, Surf Curse même si un show de 45 minutes alors qu’ils ont trois albums me reste en travers de la gorge, Gorillaz que j’ai enfin vu après toutes ces années ou encore Day Wave que j’avais également vu en 2016. Faites-vous également partie des Live Music Junkies? Quels ont été vos meilleurs shows de 2017?

  • Hiiii! Trop hâte d’aller faire des concerts, mon dernier était U2… en JUILLET! Il y a bien trop longtemps!
    Ca coute pas trop cher au Canada de faire des concerts ?

    • Il n’y en a pas beaucoup à Copenhagen? 🤔 Tous les groupes passent toujours par Paris! Tu vas pouvoir en faire plein!
      Non pas vraiment ou tout du moins pour les groupes que j’aime généralement je paie entre $15-25 mais bon pour te donner une idée, une amie va voir Pink en mars prochain et c’est minimum $250. C’est dans un stade mais bon 😅