I couldn’t see you when you were here.
And now that you are gone, I see you everywhere. (RUBY SPARKS)

Ruby Sparks est sur ma liste de films à voir depuis bien trop longtemps. What If m’a poussé à concrétiser le tout et découvrir l’étrange histoire de l’exceptionnelle Ruby.

Ruby Sparks. Vingt-six ans. Elevée à Dayton, Ohio. Les premiers amours de Ruby étaient Humphrey Bogart et John Lennon. Elle a pleuré le jour où elle a découvert qu’ils étaient déjà morts. Ruby a été renvoyé du lycée pour avoir couché avec son professeur d’art… ou peut-être son professeur d’Espagnol. Ruby ne sait pas conduire. Elle ne possède pas d’ordinateur. Elle déteste son deuxième prénom: Tiffany. Elle a le coeur sur la main. Elle est compliquée. Ruby n’est pas toujours facile à vivre. Elle oublie d’ouvrir les factures ou les chèques et… son dernier petit copain avait 49 ans. Celui avant était alcoolique. Elle peut sentir l’arrivée d’un changement. Elle est à sa recherche, à la recherche de quelque chose de neuf. 
.

.
Mais surtout Ruby est toute droite sortie de l’imagination de Calvin. Quand je dis sortie c’est au sens figuré. A travers les touches de sa machine à écrire, Ruby a pris vie et s’est matérialisé un beau jour dans la cuisine de son créateur. Calvin pense devenir fou jusqu’à ce qu’il découvre qu’aux yeux des autres, Ruby est bel et bien réelle. Elle rit, elle pleure, elle se blesse, elle chante… Il décide donc de ranger sa machine à écrire et de se consacrer uniquement à son histoire avec Ruby. Jusqu’au jour où ça ne suffit plus à Ruby. Calvin l’a créée intrépide et elle a soif d’aventure, de liberté, de vivre. La lune de miel tourne lentement au cauchemar et dans un geste de désespoir Calvin se remet à écrire sur Ruby. La faisant passer par une flopée d’émotions et détruisant petit à petit ce qui lui plaisait tant chez elle.
.

.
Ruby Sparks est une histoire d’amour merveilleuse. Un récit dans la même optique que Frankenstein, les boulons en moins et les papillons en plus. Qui n’a jamais imaginé la femme ou l’homme parfait? Cette histoire nous apprend aussi que malheureusement la perfection n’existe pas. Et s’efforcer à changer la façon d’être de quelqu’un ça ne sert à rien. Le naturel revient très vite au galop. Par contre être en couple, c’est mettre son égo de côté, c’est penser pour deux et Calvin l’apprend à ses dépends.

Ce que je ne savais pas c’est que Ruby Sparks a été écrit par Zoe Kazan elle même (qui joue Ruby). Dans la vraie vie, elle et Paul Dano (Calvin) sont ensemble. Ce film me donne l’impression que leur histoire d’amour est similaire, faite de hauts et de bas comme pour tous mais néanmoins merveilleuses.

The first time I saw you, I thought: Look at that boy. I’m going to love him forever and ever and ever. 

Je prends le bus pour Montréal ce soir vers minuit donc pas de vidéo ce dimanche mais dimanche prochain. Néanmoins si vous avez des bons plus à partager concernant Montréal, n’hésitez pas à les laisser en commentaire! 

 photo Amandine3_zpse0eb197b.png

Leave a Reply