PHANTOM PLANET – CALIFORNIA

Et voilà, mon rêve américain a touché à sa fin… samedi soir (ou dimanche 4h du matin, ça dépend où on se situe) je décollais pour retourner en Belgique. Après douze semaines passées en Californie dans un monde totalement différent, je pense que le choc est plus que considérable. Surtout au point de vue thermique : passer de 20° (15-20° c’est ça leur hiver) à 5° ! Après 15 heures d’avion, même avec mes trois couches sur mon dos, j’ai réussi à me chopper une belle pharyngite (étrangement être malade, ça m’avait vraiment pas manquer).
 
Même si quelque part je suis contente de rentrer (faut pas se leurrer, mon confort/lit/chat/vêtements/amis/famille me manque un peu), je peux vous dire d’ores et déjà que la vie californienne me manquer énormément (une semaine après mon retour, je vais pleurer pour revenir, je le sens). L’Europe devrait tellement prendre exemple sur l’Amérique sur bien des points.
J’ai aimé le côté accueillant et amicale des américains très “friendly”. C’est fou mais rien que le fait de rentrer dans un magasin et d’être accueilli par un bonjour, ça change la donne ! Et si on éternue, les gens se retournent vers vous pour vous dire “Bless you” ce qui est juste improbable par chez nous, dans notre monde individualiste où les autres préfèrent rester debout plutôt que de s’asseoir à côté de vous dans un bus (triste constat mais tellement vrai).
J’ai expérimenté deux facettes différentes de la vie californienne : un peu bobo et paisible à Santa Barbara (même si les soirées étaient loin de l’être) et le côté actif et multi-culturel de San Francisco. Jamais je ne pourrais dire quelle ville j’ai préféré car selon moi elles se valent toutes les deux, surtout qu’elles me ressemblent et se complètent. Comment ne pas aimer la Californie à vrai dire ? Le calme, la plage, le sable, les palmiers, le soleil de Santa Barbara ou une ville qui explose la culture, les petits trolleys colorés et la convivialité comme San Francisco, ça aide beaucoup !

Blacks, chinois (le maire est chinois, si si), japonais, mexicains, arabes, français, lationos, américains se cotoient et tout le monde vit en paix et harmonie (c’est beau, non?). En plus, ils sont tous tellement “fiers” de leur ville, la moitié des gens que vous croisez en rue arbore les couleurs (orange) ou une casquette ou un pull de San Francisco (principalement de soutien de l’équipe de baseball, les Giants!).

A l’opposé, la situation actuelle belge (point de vue financier, politique et sociale) ça aide beaucoup à la déprime et la mélancolie. Je me sentais tellement chez moi en Californie, ici je me sens juste paumée. Le moindre fait de devoir prendre le bus pour aller en ville me sape le moral.

Puis aux Etats-Unis, j’ai l’impression que les gens sont tellement ouvert d’esprit (bon peut-être que le côté californien mais je me rappelle un New York très ouvert également). On peut combiner le fait d’avoir des tatouages et de travailler dans une banque, c’est un peu fou non ? Ici on n’ose même pas y songer ! Parce que c’est bien connu avoir un tatouage ou un piercing ça signifie qu’on fait parti d’un gang ou qu’on a fait de la prison, bah oui.

Le nombre de skaters ou de vélos qui partagent la route avec les voitures (à San Francisco, il est pas rare de voir un mec en costard/cravate se rendre en skate à son boulot) ! En Belgique, si vous tenez à votre vie c’est juste inimaginable. Rouler en voiture à l’air également tellement plus simple (sauf le panneau stop à chaque coin de carrefour), ce qu’il y a c’est que les américains sont des êtres polis et qu’ils ont le temps (des fois, beaucoup trop. Aux Etats-Unis, j’ai appris à attendre ahah).

Pour ce qui est de mon anglais, je n’ai pas l’impression de l’avoir vraiment améliorer. Bon, je parle quand même avec plus d’aisance, il ne me faut plus des heures pour trouver mes mots et je pense même avoir appris quelques nouveaux points de grammaire. Mais le plus important est l’immersion dans la culture, l’échange avec les autres et la découverte de nouveautés. Je n’ai qu’une hâte : voyager encore et toujours plus loin. Le fait d’avoir rencontrer des personnes de différentes nationalités me donne envie d’explorer le monde (la Suisse et la Corée du Sud en haut de ma liste) mais aussi d’expérimenter le road trip américain mais aussi australien.

Si je n’avais qu’un seul conseil à vous donner, ce serait de vous lancer dans une telle aventure avec ou sans association. Avec cela vous permet d’office de rencontrer différentes nationalités et en quelque sorte on est “protégé” en cas de pépin mais sans c’est juste l’aventure et c’est d’autant plus excitant !

 

Photobucket

Leave a Reply

  • 🙂 ent e lisant je retrouve New-York, ça me manque et comme tu le dis c'est tellement plus sympa là-bas quand tu entre dans un magasin ou quoi, même 10 minutes avant la fermeture on t'emmerde pas c'est tout bonnement génial !!!!! 😀

    🙂

  • Ca à vraiment l'air d'être une expérience unique et qui en vaut la peine. Tout ce que tu dis, ça donne vraiment envie de s'enrichir d'une telle expérience. En espérant que le retour n'est pas trop trop dur.